Atelier de l'UNESCO

Diapositive de la présentation de M. Ali Ahmed, atelier de formation de l’UNESCO au Caire, avril 2014 © UNESCO/S.Delepierre

Alerte: le Musée d’art Islamique endommagé

Dégâts au Musée d'art islamique, dans le centre du Caire, en Égypte © Matjaz Kacicnik

4 février 2014 - Mission d'urgence de l'UNESCO au Caire pour la réhabilitation du Musée d’art islamique

Galerie photos - Dommages causés au Musée

30 janvier 2014 - L'équipe de sauvetage du patrimoine égyptien nouvellement formée par l’UNESCO intervient rapidement au Musée d’art Islamique du Caire

24 janvier 2014 - La Directrice générale de l’UNESCO condamne la destruction du Musée d’art islamique du Caire (Egypte)
Le Musée d’art Islamique, qui héberge en son sein le Musée des Archives de la Bibliothèque nationale à Bab el Khalq, a subi des dommages collatéraux importants de l’attentat visant le siège de la sécurité qui se trouve à proximité.

Alerte : pillage du Musée national de Mallaoui

Mission UNESCO d’évaluation des dégâts au Musée national de Mallaoui, Égypte © UNESCO/Lablaude

24 septembre 2013 - La police égyptienne a récupéré 589 des 1089 objets inscrits dans l'inventaire du Musée national de Mallaoui, au sud de Minya en Moyenne-Égypte.

11-16 septembre 2013 - La Directrice générale a envoyé en Égypte une mission d’experts de l’UNESCO, qui a confirmé les pertes et les destructions subies par le Musée national de Mallaoui.

Galerie photo de l'évaluation des dégâts subis au Musée national de Mallaoui en Égypte.

Août 2013 - Le Ministère d'État égyptien pour les Antiquités a informé l'UNESCO du pillage du Musée de Mallaoui. Des voleurs ont pillé le Musée de Mallaoui, brûlant et détruisant 48 œuvres et dérobant 1041 objets d’art, dont des pièces de monnaie, bijoux et statues, datant du début de l'histoire égyptienne à l'époque islamique. Quelques jours plus tard, la Directrice générale de l'UNESCO a fermement condamné « ces dommages irréversibles pour l'histoire et l'identité du peuple égyptien ».

L'inventaire des objets du Musée national de Mallaoui en Égypte :

Évaluation de la situation en Égypte

Musée du Caire (mars 2011) © INTERPOL

3-13 mai 2013 - L'UNESCO a envoyé en Égypte deux experts, dont un représentant d'INTERPOL, afin d'évaluer les mesures de sécurité prises pour protéger les musées et les sites archéologiques dans le pays. Les experts ont également suggéré des mesures de sécurité renforcées pour mieux protéger les musées contre les pillages et les fouilles clandestines des sites, afin de minimiser les risques de trafic illicite des biens culturels égyptiens.

Inventaire des collections par le personnel du Musée du Caire (mars 2011) © INTERPOL

Cette mission a également permis de recueillir des informations sur les biens culturels ayant disparu depuis le début de la révolution, grâce à des réunions avec les autorités égyptiennes et des visites des sites. Les objets volés sont inclus dans la base de données des œuvres d’art volées d’INTERPOL.

21-25 mars 2011 - L’UNESCO, assistée de l’ICOM, a envoyé une mission spéciale d’experts au Caire. Les objectifs de la mission étaient d’évaluer les besoins du secteur muséal et d’établir des contacts avec les autorités égyptiennes afin de poursuivre la protection du patrimoine culturel égyptien.

Mobilisation des experts et de la société civile

16 mars 2011 - Une réunion technique d'urgence, présidée par le Directrice générale de l'UNESCO, s'est tenue au Siège de l'UNESCO. La réunion portait sur ​​la protection du patrimoine culturel en Égypte, Libye et Tunisie.

L'UNESCO a contribué à mobiliser la population civile pendant la révolution égyptienne de 2011. La détermination des communautés locales à protéger le Musée égyptien du Caire et d'autres sites culturels d'importance à travers le pays a mis en évidence l'importance de leur rôle dans la sauvegarde du patrimoine culturel en temps de bouleversements sociaux. Néanmoins, en dépit de leurs efforts, de nombreux objets ont été pillés, ce qui souligne la nécessité de continuer à renforcer la sensibilisation de la communauté à la protection et au respect du patrimoine culturel.

Retour en haut de la page