Actions d'urgence en Haïti

Dès les premières heures du séisme en janvier 2010, l’UNESCO a réagi par la création d’une cellule de crise et l’envoi d’une mission à Port-au-Prince. L’Organisation a notamment veillé au suivi de projets concernant les services éducatifs et mobilisé la communauté internationale afin de  dissuader les pilleurs. Il était  nécessaire de prendre des mesures conservatoires d’interdiction temporaire de commerce et de transfert de biens culturels haïtiens soupçonnés de vols dans une institution culturelle ou un lieu de culte.

Se fondant sur les principes de la Convention de 1970, un appel a été lancé à la MINUSTAH afin d’assurer la protection des sites et musées emblématiques du pays, et une campagne a été mise en place visant à l’interdiction internationale temporaire du commerce d’œuvres d’art haïtiennes. En s’appuyant toujours sur la Convention de 1970, la Directrice générale a également alerté l’OMD et INTERPOL ainsi que les corps de polices spécialisés de la France et de l’Italie afin qu’ils exercent une vigilance accrue à partir d’Haïti et dans les pays d’importation. Tous ces organismes ont répondu positivement et rapidement à cette alerte.

Retour en haut de la page