Convention de 1970

En 2013, deux nouveaux États membres ont adhéré à la Convention de l'UNESCO de 1970 : le Myanmar et le Royaume du Lesotho ont ainsi remis leurs instruments de ratification.

Ces ratifications représentent une étape importante dans le renforcement de la mise en œuvre de la Convention de 1970, qui compte désormais 125 États parties et témoigne du soutien international croissant dans la lutte contre le trafic illicite des biens culturels à travers le monde. En 2012, trois autres États ont également ratifié la Convention : le Kazakhstan, la Palestine et le Swaziland.

La Convention bénéficie aux États parties puisqu’elle favorise la coopération internationale en matière de promotion d’actions de prévention dans la lutte contre le trafic illicite de biens culturels, et permet d’élaborer des mesures en faveur de la restitution de biens culturels aux niveaux national et international.

Comité intergouvernemental

Pour traiter des cas tombant hors du champ d’application de la Convention de 1970 ou d’autres accords internationaux, l’UNESCO a établi en 1978 le Comité intergouvernemental pour la promotion du retour de biens culturels à leur pays d’origine ou de leur restitution en cas d’appropriation illégale. Cette plateforme de négociation, de médiation et de conciliation tend à faciliter la restitution des biens culturels d’importance, tels que les sculptures du Parthénon, et à développer de nouveaux moyens pour accroître la sensibilisation en matière de lutte contre le trafic illicite.

Retour en haut de la page