L'exposition sur les antiquités saisies dans les ports égyptiens, à Tahrir, en Égypte.

 L'exposition met en lumière les efforts déployés par le Ministère égyptien des antiquités et toutes ses unités présentes dans les aéroports, à terre et dans les ports d'Égypte pour protéger le patrimoine culturel égyptien et mondial et empêcher sa contrebande hors d'Égypte.

Ces efforts sont menés depuis trente ans consécutifs, incluant l'examen, l'inspection et la confiscation des objets, ainsi que le suivi des cas d'objets saisis, à partir du moment de leur saisie dans les ports égyptiens, leur transfert dans les entrepôts la douaniers et le déclenchement de poursuites spécialisées, et jusqu'à leur dépôt dans les entrepôts du ministère des Antiquités.

Ces travaux ont commencé par la création de l'Administration centrale des unités archéologiques dans les ports égyptiens, au sein de l'unité archéologique de l'aéroport international du Caire en septembre 1986, suivi de la création d'une unité archéologique à l'aéroport international de Louxor et au port terrestre de Rafah. Celles-ci ont été remplacées par une unité dans chaque port égyptien, atteignant aujourd’hui total de quarante unités archéologiques.

Le rôle principal de l ' "Administration centrale des unités archéologiques dans les ports égyptiens" est d'empêcher la contrebande du patrimoine culturel égyptien hors de ce pays, conformément à la loi n ° 117, 21983 de la protection des antiquités qui a été amendée par la loi No.3 en 2010. Le Ministère interdit l'importation, l'exportation et le transfert illégal de propriété des biens culturels, conformément au cadre juridique prévu par la Convention de 1970.

L'exposition abrite pour la première fois environ 300 objets rares. Ils datent de diverses périodes historiques (périodes pharaonique et tardive, périodes gréco-romaine et byzantine, période islamique et période de la dynastie Muhammad Ali). Ces objets ont été choisis parmi des milliers d'objets saisis dans les années précédentes.

 

Retour en haut de la page