Renforcement des capacités et activités de sensibilisation à la lutte contre le trafic illicite des biens culturels en Égypte

Destruction d'une vitrine, Musée égyptien, mars 2011 © INTERPOL

En Égypte, certains évènements récents ont rappelé qu’il subsiste un réel besoin de renforcer les capacités des professionnels de la culture égyptiens afin de protéger efficacement le patrimoine culturel national en insistant notamment sur l’action préventive relative à la lutte contre le trafic illicite des biens culturels.

L’UNESCO, avec le soutien financier de l'Office fédéral de la culture de la Suisse, est en train de mettre en œuvre une série de projets visant à renforcer les capacités des professionnels du patrimoine égyptien à travers des sessions de formation juridiques et opérationnelles, ainsi que des activités de sensibilisation. Les sessions de formation permettront aux professionnels de répondre rapidement et efficacement aux phénomènes de trafic illicite.

Une fois que les outils, les compétences et les connaissances fournies par les sessions de formation, sont acquis, les bénéficiaires seront:

  • mieux préparés à développer les mesures préventives nécessaires pour cataloguer et protéger les biens culturels de caractère archéologique ou non-archéologique,
  • prêts à créer les conditions nécessaires pour une réponse efficace et rapide (impliquant les différentes parties prenantes) contre les trafics illicites aux niveaux local, national et régional,
  • conscients de la menace potentielle, de la part notamment des communautés locales, mais aussi des touristes.

Afin d'assurer une mise en œuvre efficace des Conventions de l'UNESCO de 1970 et d'UNIDROIT de 1995, les sessions de formation mettront l'accent sur l’importance d’adopter une législation nationale appropriée et de développer la coopération internationale, ainsi que sur les mesures préventives pour inventorier et sécuriser les biens culturels.

Ces sessions adoptent une approche intégrée et multidisciplinaire. Ainsi, toutes les parties prenantes - autorités nationales décisionnaires, avocats, gestionnaires de sites et des musées, agents douaniers et policiers, autorités religieuses et autres professionnels du patrimoine – sont appelées à forger une vision commune des mesures à prendre en matière de lutte contre le trafic illicite et à faciliter les restitutions de biens culturels à tous les niveaux.

La participation des femmes à ces sessions de formation est fortement encouragée. Tous les établissements concernés sont invités à assigner des experts et des professionnels ayant de solides compétences en communication, qui seront en mesure d'agir en tant que futurs formateurs auprès de leurs pairs.

Un programme d'éducation destiné aux communautés locales et aux jeunes viendra également compléter les sessions de formation. En partenariat avec le Ministère de l'Éducation et les réseaux scolaires, la jeunesse égyptienne sera invitée à s'impliquer dans la sauvegarde du patrimoine de l'Egypte. Grâce à ce programme, l'UNESCO espère sensibiliser le public aux dommages causés par le pillage du patrimoine culturel, notamment sur l'identité égyptienne.

L'UNESCO continue de compter sur l'apport et l'expertise de ses principaux partenaires dans ce domaine, à savoir UNIDROIT, INTERPOL, l'UNODC, l'OMD et l'ICOM.

La première série de sessions de formation et d’activités de sensibilisation sur la lutte contre le trafic illicite des biens culturels en Egypte devraient commencer en novembre 2013.

Plus d’informations

Retour en haut de la page