Déclarations sur le patrimoine culturel menacé

Dans un contexte de conflit armé ou de catastrophe naturelle, le patrimoine est particulièrement menacé, en raison de sa vulnérabilité et de l’importante valeur symbolique qu’il recouvre. Ci-dessous se trouve une liste non exhaustive des déclarations émises par les États membres de l'UNESCO et d'autres acteurs internationaux condamnant la menace de la destruction et le pillage du patrimoine culturel en cas de conflit armé et / ou de catastrophes naturelles.

Entre le 14 et le 16 décembre 2015, Saint-Pétersbourg a accueilli le IVe Forum culturel international de St. Petersburg dédié au 70e anniversaire de l'UNESCO.  Le Président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine, la Directrice générale de l'UNESCO, Mme Irina Bokova, la Vice-Présidente du Gouvernement de la Fédération de Russie, Mme Olga Golodets, le Ministre de la Culture de la Fédération de Russie, M Vladimir Medinsky, ainsi que d'autres dignitaires et artistes ont participé à l'événement et ont adopté la Déclaration susmentionnée.  

La Conférence “Lutte contre le pillage du patrimoine culturel de la Syrie" a eu lieu à Sofia le 16 septembre 2015. Les experts qui ont participé à la séance de clôture, ont adressé les recommandations suivantes aux gouvernements et aux organisations internationales. La conférence était organisée par l'ambassade du Royaume de Norvège à Sofia et l'Institut norvégien de recherche sur le patrimoine culturel (NIKU), sous le patronage de l'UNESCO et en coopération avec le ministère bulgare de l'Intérieur et de l'ambassade de la République de Chypre.

Plus de 80 Ministres de la Culture à travers le monde ont adopté cette déclaration à l'issue de la Conférence internationale des ministres de la Culture organisée dans le cadre de l'Expo de Milan 2015, Italie. Tous partagent un objectif commun, celui de protéger le patrimoine culturel matériel et immatériel partout dans le monde. Les ministres se sont réunis pour discuter de la meilleure façon de préserver le patrimoine suite aux catastrophes naturelles, ainsi que pendant les situations de conflit et contre les attaques terroristes.  

Les professionnels du patrimoine, membres des associations de professionnels en charge, en France, du développement de la connaissance, de la conservation, de la transmission et de la mise en valeur du patrimoine culturel, dénonçent les atteintes irrémédiables faites au patrimoine culturel de l'Humanité en Afrique et au Moyen-Orient.

 

Le Comité du Patrimoine Mondial a adopté,  lors de sa 39e session, la Déclaration de Bonn sur le Patrimoine Mondial qui condamne les agressions contre le patrimoine culturel et invite la communauté internationale à renforcer et à soutenir le leadership international de l'UNESCO dans la coordination de la réponse à la protection du Patrimoine en cas de conflit armé ou de catastrophe naturelle.

Voir également :  Lancement à Bonn de la Coalition mondiale « Unis pour le Patrimoine »

A l’initiative de la Grèce, cette déclaration a été adoptée lors de la 3ème Réunion des Etats parties à la Convention de l’UNESCO de 1970 « concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l'importation, l'exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels . ». Elle participe à la réaction de la communauté internationale face à la situation mondiale actuelle, en particulier en ce qui concerne les biens culturels. Elle a donc prié les Etats de devenir parties à la Convention de 1970 ; de prendre des mesures afin de prévenir le trafic illicite et le pillage de biens culturels ; souligné l’importance de la coopération à tous les niveaux ; incité également au respect des Codes de déontologie de l’ICROM et de l’UNESCO et enfin a appelé les médias à sensibiliser le public sur la question du respect et de la protection de biens culturels.

Les représentants des parlements nationaux de l'Assemblée parlementaire de la Méditerranée (PAM) se sont réunis au Parlement marocain à Rabat, sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohamed VI. Ensemble, ils ont fermement condamné le terrorisme dans toutes ses manifestations, y compris la destruction délibérée et le pillage systématique du patrimoine culturel antique, historique et précieux dans de nombreuses parties du monde, dont la plupart sont répertoriés sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. 

Voir aussi : Déclaration en arabe (PDF)  

En réponse à la menace qui pèse sur le patrimoine culturel du Moyen-Orient, les gouvernements de l'Egypte, de l’Arabie Saoudite, des Emirats Arabes Unis, de l'Iraq, de la Jordanie, du Koweït, du Liban, de la Libye, du Soudan et du Sultanat d'Oman ont convenu, lors d'une conférence ministérielle au Caire les 13 et 14 mai 2015, d’unir leurs efforts pour la lutte contre le trafic, la destruction et le pillage dudit patrimoine. Une déclaration (en anglais) a été adoptée, dans laquelle les mesures afférentes à cette lutte sont présentées.

A la suite de la déclaration du Ministre de la Culture norvégien (17 mars 2015), le Conseil nordique des Ministres de la Culture (Danemark, Finlande, Islande, Norvège, Suède) a adopté une Déclaration le 12 mai 2015, dans laquelle les Ministres condamnent le pillage, la destruction et le trafic de biens culturels en Iraq et en Syrie. Ils prévoient l’organisation d’une conférence, à l’automne 2015, pour mettre en œuvre une campagne de sensibilisation destinée aux professionnels du marché de l’art et au grand public de leurs pays respectifs.

L’appel de Namur a été lancé par la 6ème conférence des Ministres du Patrimoine Culturel du Conseil de l’Europe qui a eu lieu du 22 au 24 avril 2015. Cet appel est fondé sur la Convention Culturelle Européenne de 1954 (entrée en vigueur en 1955), et rappelle l’importance du patrimoine culturel et les menaces qui pèsent dessus. Ainsi, les Ministres se sont joints aux appels lancés par l’UNESCO, en déplorant les destructions et autres exactions qu’ils ont condamnées et ont annoncé l’engagement de discussions au sein de Conseil de l’Europe afin de renforcer la coopération européenne dans ce domaine pour permettre une lutte efficace.

L’International Association for Assyriology, qui réunit des chercheurs du monde entier travaillant sur les textes cunéiformes et sur l’archéologie du Proche- et Moyen-Orient, lance un appel urgent pour la préservation et la protection des sites, monuments et musées de Syrie et d’Iraq.

Retour en haut de la page