Alerte : pillage du Musée national de Mallaoui, au sud de Minya (Moyenne-Égypte)

Égypte, août 2013

**** Mise à jour le 24 septembre 2013 : grâce aux efforts des autorités égyptiennes et à la coopération de la communauté internationale, la police égyptienne a réussi à récupérer 589 des 1089 objets inscrits dans l'inventaire du Musée national du Mallaoui.****

Les troubles en Égypte ont de graves conséquences sur le célèbre patrimoine culturel du pays, qui remonte à l’Antiquité. Au début du mois d’août, des voleurs ont pillé le musée de Mallaoui, dans la ville de Minya, en Moyenne-Égypte, brûlant et détruisant 48 œuvres, et dérobant 1041 objets d’art, dont des pièces de monnaie, bijoux, statues datant du début de l'histoire égyptienne à l'époque islamique.

Le 14 août, le Ministère d'État égyptien pour les Antiquités a informé l'UNESCO du pillage du musée de Mallaoui. Quelques jours plus tard, le 19 août, la Directrice générale de l'UNESCO a fermement condamné « ces dommages irréversibles pour l'histoire et l'identité du peuple égyptien ».

En outre, la Directrice générale a envoyé en Égypte, du 11 au 16 septembre, une mission d’experts de l’UNESCO qui a confirmé les pertes et les destructions subies par le musée de Mallaoui.

L'UNESCO continue de travailler en étroite coopération avec les autorités égyptiennes, ainsi qu'avec ses partenaires (INTERPOL, OMD, ICOMOS, ICOM, etc.) pour lutter, par tous les moyens possibles, contre le trafic illicite des objets culturels volés. Cette collaboration passe notamment par un soutien permanent apporté, par le Bureau de l'UNESCO au Caire, au personnel du musée et du Ministère d'État pour les Antiquités, dans le but d’affiner la liste des objets volés et de la traduire en anglais.

Liste des objets du Musée national de Mallaoui en Égypte : 

Ceci a permis à L'UNESCO et ses partenaires, dont INTERPOL, de donner plus de visibilité à cette liste d'objets volés, et de faciliter le contrôle de leur circulation, afin d’en récupérer le plus grand nombre possible.

A l’échelle mondiale, l'UNESCO a demandé à la communauté internationale d’assurer une vigilance maximale sur les éventuelles tentatives d’exportation illégale des pièces les plus précieuses, pour les empêcher de rejoindre le marché noir. Dans cette alerte, l'UNESCO rappelle que les objets provenant du musée sont identifiés et enregistrés au niveau international, et qu'en conséquence, leur vente à l'intérieur comme à l'extérieur de l'Égypte est illégale.

Retour en haut de la page