Réunion d’experts – Sauvegarde du patrimoine culturel libyen

© UNESCO/F. Bandarin site archéologique de Leptis Magna (Libye)

du 9 au 11 mai 2016, Tunis, Tunisie

Une réunion internationale d’experts de trois jours sur la « Sauvegarde du patrimoine culturel libyen » s’est tenue à Tunis afin de développer une vision commune des enjeux relatifs à la préservation du patrimoine culturel en Libye, comprenant les sites archéologiques, les musées et le patrimoine bâti. Cette dernière a été organisée par l’UNESCO et l’ICCROM, avec le soutien de l’Ambassade des Etats-Unis en Libye et en étroite collaboration avec le Département des Antiquités et plusieurs institutions de ce pays.  

La réunion a permis d’examiner le rôle joué par la culture comme facteur de réconciliation et de cohésion sociale à travers la promotion du dialogue. A l’issue de cette réunion, un plan d’action en vue de traiter des interventions ponctuelles d’urgence visant la protection du patrimoine culturel de la Libye et définissant des actions communes à moyen et à long termes, avec la participation d’acteurs nationaux et internationaux, a été adopté. Le rôle crucial de la société civile, et en particulier des jeunes, a été souligné dans la réalisation de ces objectifs.  

En ce qui concerne la lutte contre le trafic illicite, le plan d’action comprend :

  • Le renforcement des capacités des acteurs nationaux au sujet :

    • de la législation nationale et des outils juridiques internationaux ;
    • des mesures préventives ;
    • de la documentation et des inventaires.
  • un meilleur suivi du marché de l’art, particulièrement centré sur les ventes en lignes, y compris les médias sociaux ;
  • un accroissement de l’échange d’information entre les autorités nationales et internationales compétentes ;  
  • une amélioration de la base de données de la police sur les objets culturels volés ;  
  • le lancement d’autres campagnes et outils de sensibilisation.  

Plus de 80 participants ont assisté à cette réunion, en particulier des représentants du Ministère de la Culture de la Libye, de divers bureaux locaux du Département des antiquités, de l'Autorité des villes historiques, des Archives nationales à Tripoli, de la Direction de la Police des douanes, du Tourisme et des Antiquités, de la police criminelle, des universités, du Centre du patrimoine immatériel à Saba ainsi que de l’association des guides de la Libye.  

Parmi les partenaires institutionnels, figuraient entre autres INTERPOL et l'UNESCO, l'Organisation mondiale des douanes, UNITAR / UNOSAT, l'ICOMOS, l'ICOM, l'ALECSO, la Banque mondiale, la Smithsonian Institution et la Fondation Prince Claus.  

En conclusion de la réunion, M. Martin Kobler, Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la Libye, a souligné le rôle central de la culture et de l'identité dans le contexte libyen, et la nécessité de protéger le patrimoine culturel du trafic illicite et de la destruction intentionnelle. "La culture est une puissance douce », a-t-il dit, ajoutant : "elle doit être placée tout en haut de l'ordre du jour dans le processus de réconciliation en cours actuellement."

Retour en haut de la page