Musées syriens et conflits

Un musée endommagé à Alep, en Syrie. ©UNESCO / Prof. Abdulkarim

Le patrimoine culturel a été affecté dès le début du conflit en Syrie en mars 2011. Quarante musées, dispersés sur le territoire syrien, dont deux musées nationaux, 12 musées régionaux, quatre musées de sites, 14 musées des arts et traditions populaires, et 11 musées spécialisés comme en médecine ou en science ont  directement ou indirectement souffert de la guerre.

 2011 (juillet) : Vol d’une statuette au musée aramaïque d’Hama.

 2012 : Vol, vandalisme, destruction et tentative de pillage ont menacé de nombreux musées. En mars, le musée du site de Qal’at Ja’bar, le musée de Homs, le musée du site de Qal’at al-Madhiq(Hama); en octobre, le palais al-Zahrawi, le musée des arts et traditions populaires de Homs ; entre août et novembre, le Musée de Ma’arrat al-Numan est devenu une base militaire. Enfin, en septembre, des vandales attaquent le site du musée de Doura-Europos.

 2013 : Vandalisme au musée de Tibet al-Imam en février, et le musée de Raqqa en mars. En juillet, « transfert » ou vol d’objets archéologiques par des gangs armés. En avril, des vandales attaquent le musée des arts et traditions populaires d’Alep (Beit Ajiqbash). En mai, pillage et vols des artefacts au dépôt à Heraqla (une réserve du musée de Raqqa). En juillet, le musée de Deir ez-Zor a été touché par des obus et des balles et le musée des arts et traditions populaires de la ville a été gravement endommagé.

 2014 : Combats et vandalisme dans plusieurs musées mentionnés plus haut, en particulier le musée de la médecine et de la science d’Alep (Bimaristan Argun) en février. Entre juin et juillet, des obus et des balles ont causé des dommages au musée national d’Alep.

 2015 : En mars, des dommages considérables et des tentatives de vol au musée Idlib ; en avril, une fusillade et des obus ont touché le théâtre antique de Bosra, causant aussi des dommages et la perte de nombreux objets conservés sur le site du musée ; en mai, dommages au musée des arts populaires et traditions d’Alep (Beit Ajiqbash).

Le 21 mai : La ville de Palmyre tombait aux mains des extrémistes, nombreuses initiatives menées par la société civile pour épargner sa destruction.

Le 15 juin 2015: Le musée de Ma'arrat al-Numan et ses collections ont subi des dégâts considérables à cause d'un bombardement aérien.

 OPERATIONS D’URGENCE POUR LES MUSEES SYRIENS :

 Les autorités syriennes en charge du patrimoine ont pris des mesures pour sauver leur patrimoine culturel mobile : comme la fermeture de musées au public et le transfert d’objets en lieu sûr (loin des conflits armés). De plus, la société civile a joué un rôle important dans des lieux qui étaient hors d’atteinte pour les institutions patrimoniales nationales. Les interventions d’urgence majeures ont été organisées en deux parties :

 Août 2014 : Transfert vers Damas de plus de 13 000 objets du musée de Deir ez-Zor, une opération dirigée par la direction générale des antiquités et des musées de Syrie (DGAM).

 Fin 2014-début 2015 : Réponse d’urgence pour protéger le musée Ma’arrat al-Nu’man et ses mosaïques, une opération dirigée par des équipes syriennes avec l’assistance de la Smithsonian Institution et du Penn Cultural Heritage Center du Penn Museum.

 

<s></s>

 La DGAM de Syrie a pu récupérer quelques cinq mille objets qui circulaient dans le pays et des centaines ont été confisqués dans les pays limitrophes comme le Liban, la Turquie et la Jordanie.

 QUELQUES LIENS :

 

· Musées pour le dialogue interculturel – l’UNESCO et le musée national de Damas

· Pillages des musées et entrepôts en Syrie

· Protection du patrimoine culturel syrien

· Appel à la préservation des musées syriens adressé aux institutions internationales et à la communauté Internationale

· Rapports de la DGAM

· Le Penn Cultural Heritage du Penn Museum

· Liste rouge d’urgence des biens culturels syriens en péril

 

 

 

 

 

Retour en haut de la page