Musées et sites du patrimoine mondial : une nouvelle voie de dialogue et développement

Récemment, neuf musées associés à six sites du patrimoine mondial en Asie du Sud-est ont construit un « musée imaginaire » composé des objets d'art et d’autres éléments in situ en provenance des sites du patrimoine mondial concernés. L'exposition est le résultat d'une entreprise commune sans précédent réunissant les sites d'Angkor, de Preah Vihear (Cambodge), de Vat Phou (Laos), de My Son (Viet Nam), de la Citadelle de Ho et de la Citadelle de Thang Long (Viet Nam).

Durant les deux années de collaboration, les musées partagent avec leurs publics des nouveaux discours sur l'histoire « connectée »  des sites du patrimoine mondial et de leurs constructeurs : ils racontent les interactions historiques entre le Funan et le Chenla, les royaumes d'Angkor de Khmers, le Champa et les dynasties de Dai Viet du Viet Nam. Le contenu met également en évidence les différents liens entre la sous-région et le monde extérieur, notamment avec l'Inde, la Chine, la Méditerranée et l’Asie orientale, ce qui a donné lieu au processus complexe de transformation historique de ces sociétés. Les aspects immatériels tels que les croyances locales et les techniques d'ornementation sont également développés par chaque musée dans la partie consacrée à leurs collections, dans le but de rendre les expositions plus pertinentes pour le public local.

Souvent envisagés d’un point de vue national et promus comme des symboles de gloire par les autorités nationales ainsi que dans le discours sur le patrimoine commun, les sites du patrimoine mondial - en mettant l'accent sur leur « valeur universelle exceptionnelle » et sur le patrimoine vivant qui y est associé, y compris les aspects immatériels – peuvent également offrir de nouvelles pistes de réflexion sur la diversification du discours patrimonial en s'adressant à des publics divers.

Ce projet pilote offrira un nouveau modèle de construction du discours sur le patrimoine, en dotant les musées du rôle de médiateur entre les sites du patrimoine mondial et leurs différentes parties prenantes. Il démontrera également que de tels réseaux de connexion offrent des nouvelles opportunités pour la coopération régionale, dans une zone où les conflits civils et régionaux ont laissé de profondes blessures dans  un grand nombre de sociétés, et dont les institutions  politiques, sociales et culturelles de la région, sont toujours en cours de reconstruction et en proie à des problématiques similaires.

Site official du projet

http://www.unesco.org/new/en/culture/themes/museums/world-heritage-site-museums/

Retour en haut de la page