18.02.2013 -

Lancement de la journée de Solidarité avec le Mali

© UNESCO/E.U.

Lundi 18 février 2013, la Directrice générale de l’UNESCO Irina Bokova a ouvert la toute première réunion internationale d’experts pour la sauvegarde du patrimoine culturel malien, tout juste 2 semaines après sa mission au Mali. Cette réunion, organisée dans le cadre de la journée de solidarité avec le Mali - et ayant pour but de coordonner les efforts de la communauté internationale et de ses partenaires - s’est tenue au Siège de l’UNESCO, à Paris, en présence de Madame Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture et de la Communication de la France, et de M. Bruno Maïga, Ministre de la culture du Mali

Dans son allocation d’ouverture, la Directrice générale a souligné « nous sommes ici pour transformer l’indignation en action : le patrimoine malien représente bien autre chose qu’une inscription sur la liste de l’UNESCO, il est un héritage d’une culture ancestrale, le témoignage du dialogue des civilisations, il est de notre devoir de tout mettre en œuvre pour le protéger. »

Aurélie Filippetti est venue exprimer l’émotion et la détermination de la France face à la situation du pays : « La France s’est engagée aux côtés du Mali pour la protection de son intégrité territoriale, et nous serons également à ses côtés pour la protection de sa culture ». La Ministre a notamment souligné le rôle de l’Institut National français du Patrimoine pour la formation des professionnels sur place et le renforcement des capacités au Mali, et l’engagement de la Bibliothèque Nationale de France à venir en soutien de la sauvegarde des manuscrits.  Citant le chanteur Youssou N’Dour, « Le Mali est la Source ».

« C’est un immense réconfort pour le peuple et le Gouvernement maliens de voir une mobilisation internationale si forte au chevet de son patrimoine culturel. » a souligné M Bruno Maïga, ministre de la culture du Mali. « La plus grande richesse, a-t-il poursuivi, ce n’est pas d’avoir de l’or plein les poches, c’est de pouvoir compter sur le soutien des autres. »

Durant toute la journée, des experts du patrimoine culturel sont venus débattre et mettre au point le plan d’action pour la protection du patrimoine culturel bâti, immatériel et des manuscrits de la région. L’UNESCO enverra une mission sur place pour une évaluation complète des dommages et la mise en œuvre de ce plan d’action, dès que la situation le permettra.

« Ensemble nous voulons donner un nouveau départ pour le patrimoine malien, un nouveau commencement » a déclaré la Directrice générale.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page