Le Conseil scientifique et technique (STAB) est un instrument crucial pour la Convention de 2001. Réunissant 12 experts d’élite dans l’archéologie subaquatique et ses domaines annexes, ses principaux champs d’intervention sont :

a)    Fournir des conseils à la Conférence des États parties sur des questions de nature technique ;

b)    Assister les États parties sur des questions portant sur le patrimoine subaquatique.

Les États ne disposant pas de compétences suffisantes en archéologie sous-marine ou devant faire face à des situations délicates telles que la découverte fortuite d’épaves, la chasse au trésor ou encore des incertitudes scientifiques peuvent se tourner vers le STAB pour demander assistance.

Les experts du STAB sont disponibles rapidement pour conseiller ou, si besoin, envoyer une mission sur demande de l’État partie. Travaillant tant par réunions que par échanges électronique, le STAB est un groupe dynamique qui peut intervenir dans les meilleurs délais et à moindre frais comme les récentes études menées sur l’épave supposée du Santa Maria l’ont démontré.

En plus d’offrir une assistance sur des sujets pratiques et concrets, celle-ci peut également porter sue des problèmes juridiques, à l’exemple de la révision de la législation sur le patrimoine national.

Une importance particulière est accordée à la Conseil consultatif scientifique et technique.

Plus d’informations au sujet du STAB : réalisations / membres / rapports de meetings

Status du Conseil scientifique et technique: EN | FR | ES | RU | AR | ZH

 

membres experts en plein débat à la troisième réunion du Conseil scientifique et technique, Paris 2012 © UNESCO

Les missions d’assistance du Conseil scientifique et technique

Plongeur sur le site © Crédit Maksaens Denis/BNE


Haïti

Paris, le 6 octobre 2014 - La récente mission effectuée par l'UNESCO en Haïti pour enquêter sur une épave que l'explorateur américain Barry Clifford avait proposée comme étant potentiellement celle du vaisseau amiral de Christophe Colomb, a confirmé que le site de l'épave n'était pas celui de la Santa Maria. Suite

© Larre
Nosy iranja madagascar


Madagascar

Suite à une demande des autorités de Madagascar, l’UNESCO a envoyé en juin 2015 une mission pour évaluer l’état d’épaves  reposant au fond de la baie de Sainte-Marie, une des epaves avait été présentée comme les vestiges de l’Adventure Galley, navire du célèbre pirate Capitaine Kidd… Suite

© Googlemaps
Contadora Island


Panama

À l'automne 2015, l’UNESCO va dépêcher une mission du STAB au Panama afin d’examiner l’épave d’un galion du XVIIe qui fit naufrage dans les eaux de l’archipel de Las Perlas : le San Jose. Depuis 2003, la récupération de ces vestiges est réalisée sous contrat avec une entreprise commerciale… Suite

Retour en haut de la page