Protection du patrimoine culturel subaquatique

© Archivo ARQUA
Cage de protection de l'épave phénicien du 7eme. siecle av. J.-C. deMazarrón II, L'Espagne.

Le patrimoine culturel subaquatique est devenu de plus en plus accessible depuis l’invention du scaphandre en 1942-1943 par Jacques Cousteau et Emile Gagnan, qui a permis d’atteindre les plus grandes profondeurs non seulement aux scientifiques et archéologues, mais aussi aux chasseurs de trésors et explorateurs.

Toutefois, le pillage des sites archéologiques subaquatiques et la destruction de son contexte progressent rapidement et menacent de priver l’humanité de ce patrimoine. Le pillage et la dispersion du patrimoine archéologique ne se limitent plus aux sites terrestres et la chasse au trésor se déroule désormais sous l’eau. Alors que de nombreux Etats ont renforcé la préservation de leur patrimoine terrestre, la plus grande part de leur patrimoine culturel subaquatique demeure sans protection.

La Convention de l’UNESCO sur la protection du patrimoine culturel subaquatique vise à permettre aux Etats parties, entre autre à l’aide d’un mécanisme juridique international, de mieux protéger leur patrimoine subaquatique.

Retour en haut de la page