L’impact du chalutage et de la pêche sur les sites du patrimoine culturel subaquatique

Les résultats du chalutage sur un fond marin

La pêche a toujours été l'une des principales raisons pour l’Homme de voyager et explorer les mers. La pêche et les pêcheurs sont indissociables de l'archéologie maritime.

Les anciens sites de pêche sont d'un grand intérêt archéologique, comme par exemple la pêche au filet et les hameçons des périodes historiques sont une source d’information à la fois sur la pêche et sur le site en question. Mais souvent la pêche a également un impact négatif sur les sites submergés.

L'impact de la pêche sur les épaves est semblable à l'impact de l'agriculture sur les sites archéologiques terrestres. Les pêcheurs ont la meilleure connaissance de leur région et ont été, jusqu'à l’arrivée des nouvelles technologies du moins, les premiers découvreurs de sites. La pêche, cependant, a souvent eu des impacts négatifs sur les sites du patrimoine culturel. Très souvent, la communication entre pêcheurs et archéologues est médiocre et résulte d’un manque de compréhension. Des reproches sévères de part et d’autre peuvent en résulter, alors qu'un dialogue ouvert entre les professionnels du patrimoine et les professionnels de l'industrie de la pêche serait bien plus utile.

Les activités de chalutage constituent aujourd'hui un enjeu majeur pour la préservation du patrimoine culturel subaquatique. Son impact sur le fond marin des côtes italiennes dans le nord de la mer Adriatique par exemple est particulièrement dévastateur. Le "rapido" et le "turbossofiante" sont des outils utilisés par les flottes de pêche dans l’Adriatique. Le "turbosoffiante" remorque une grande boîte, pesant 350 kg, sur le fond marin pour pêcher de moules. En même temps, à cause d’un dragueur d'eau,  il fouille le fond marin creusant une tranchée de deux mètres de large et d'au moins 30 cm de profondeur. Il est évident que cet outil détruit tout ce qu'il rencontre. La bonne nouvelle est que les sites commencent progressivement à être enregistrés et peuvent parfois être évités par l'industrie de la pêche. Cependant, davantage d’efforts vers cette direction sont nécessaires.

Deux opinions et études de cas ci-dessous:

Quantification des dommages causés par le chalut aux sites de naufrage prémodernes: études de cas de la mer Egée et de la mer Noire

Michael Brennan, Université de Rhode Island, Etats-Unis

 

Les quatre dernières années d'exploration par l'E / V Nautilus au large des côtes de la mer Égée et de la mer Noire de Turquie ont localisé 40 épaves prémodernes, allant de l’époque grecque archaïque jusqu’au début du 19ème siècle. Plus important encore, ces épaves varient également dans leur état de conservation, en grande part à cause de la quantité de dommages causés à chaque site par les activités de chalutage. Des analyses ont été effectuées sur les dommages subis par chaque épave, l'étendue et l'intensité des cicatrices laissées par des activités de chalut visibles grâce à une cartographie par sonar et la proximité de chaque site avec la côte et d'autres zones de restriction de pêche. En mer Noire, ces résultats sont corrélés avec des évidences d'événements anoxiques provoqués par l'activité des vagues à l'interface oxique / anoxique, reflétée par la préservation des épaves en bois. Ces données montrent des zones sur la côte turque où les sites sont plus gravement menacés ou ont déjà disparus. Les dommages causés par la dispersion des bois ou par des cargaisons de céramique cassées indiquent des zones qui peuvent être soutenues par l'établissement supplémentaire et le renforcement de zones marines protégées.

L'impact du chalutage sur les naufrages sur la côte italienne de la mer Adriatique du Nord

Carlo Beltrame, Université Ca’ Foscari, Venise

L'impact de l'activité de chalutage sur le fond de la mer des côtes italiennes dans le nord de la mer Adriatique est particulièrement dévastateur. Il a été calculé que depuis l'introduction des bateaux de pêche à moteur, chaque mètre carré du fond marin a été couvert au moins trois fois. L'impact de l'activité de pêche sur les épaves est semblable à l'impact de l'agriculture sur les sites archéologiques terrestres. Le "rapido" et le "turbossofiante" sont les outils utilisés par les flottes de pêche dans l’Adriatique. Le premier est composé de quatre boîtes métalliques rectangulaires avec des dents de fer sur le fond qui sont l'entrée des filets. Ces boîtes sont remorquées avec des chaînes et elles traînent sur le fond de la mer impactant le sable, sur au moins quelques centimètres de profondeur. Ils sont capables d'endommager les obstacles et ils sont assez forts pour déplacer des objets lourds sur de longues distances.

Le site du naufrage du Mercurio, coulé en 1812 pendant la bataille de Grado, se trouve à 11 kilomètres au large du delta de la rivière Tagliamento et à 17 mètres de profondeur. Il s'agit d'une épave bien conservée lors de sa découverte en 2001, ressortant du sable avec une formede tumulus et quelques caronades en fer tout autour. La découverte du site a eu lieu grâce à la "pêche" d'une caronade, pesant une tonne, qui a été récupérée par une des boîtes d’un rapido. Une autre boîte a été perdue car prise sur une autre caronade. Il est soupçonné  que d'autres chalutiers ont déplacé d'autres calandres sur le fond de la mer de plusieurs mètres.

Retour en haut de la page