Le saviez-vous?

Alexandrie et la baie voisine d'Aboukir ont figuré parmi les plus grands ports et centres culturels de l'Egypte dès l'époque homérique. Au large des côtes, les ruines du célèbre palais des Ptolémées, résidence de la légendaire Cléopâtre VII, de l'ancien phare des Pharaons (considéré comme l'une des Sept Merveilles du Monde) ainsi que les vestiges de plusieurs villes ont été découverts. Des objets pharaoniques, grecs et romains ont notamment été retrouvés, dont cinq statues colossales de 12 m de haut remontant à l’époque ptolémaïque et pas moins de vingt-cinq sphinx, le plus ancien datant du règne de Sésostris II (1900 av. J.-C.) et le plus récent de 600 av. J.-C.

Les vestiges sous-marins sont exceptionnellement précieux et apportent un témoignage éloquent, révélateur du rôle joué durant un millénaire par le port d'Alexandrie en Egypte et plus largement dans la Méditerranée. Depuis sa fondation en 321 av. J.-C. jusqu'à son déclin au IVème siècle, Alexandrie a constitué une véritable porte d'entrée pour la culture héllénique, romaine, et dans une certaine mesure, chrétienne, en Egypte, en Afrique et au Moyen-Orient. La ville a également représenté pour la civilisation égyptienne une fenêtre largement ouverte sur la Méditerranée. La construction d'un musée subaquatique est actuellement envisagée.

 

© Wikipedia Commons, UNESCO
Image antique du Phare d’Alexandrie