Les Meilleures Pratiques du Patrimoine Cultural Subaquatique


Favoriser l'accès au patrimoine culturel subaquatique grâce aux meilleures pratiques

La Convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique encourage l'accès responsable du public au patrimoine subaquatique. Seul celui qui connaît le patrimoine, le protège.

Pour favoriser cet accès, la Conférence des Etats Parties a invité les États parties à la Convention à fournir des exemples de meilleures pratiques. Les premiers exemples ont été approuvés et désignés par un label spécial.

Comment être désigné comme Meilleure Pratique ?

La Conférence des Parties a invité les États parties à la Convention à fournir des exemples de meilleures pratiques. Les exemples doivent donc être soumis par l'intermédiaire de la Délégation permanente d'un État qui a ratifié la Convention de 2001. Sur proposition d'un exemple de meilleure pratique, il sera examiné et évalué par le Conseil consultatif scientifique et technique (STAB) de la Convention en vue de désigner ou non l'exemple de meilleure pratique.

  • Les critères suivants s'appliquent :

a. le patrimoine relève de la définition de l'article premier de la Convention de 2001 ou est âgé d’au moins 100 ans, mais est classé comme patrimoine culturel subaquatique selon la législation nationale

b. le patrimoine est protégé de manière appropriée tant sur le plan juridique que sur le plan pratique, en particulier par la mise en œuvre des Règles,

c. un accès responsable et non intrusif est respecté,

d. le patrimoine dispose d'un cadre pour assurer une gestion durable ; et

e. un effort particulier et exceptionnel a été fait pour rendre le site accessible au public.

  • Les meilleures pratiques devraient viser à :

a. encourager un accès responsable et non intrusif du public au patrimoine culturel subaquatique, conformément aux articles 2.5 et 2.10,

b. accroître la sensibilisation, la reconnaissance et la protection du patrimoine par le public,

c. promouvoir la Convention et la mise en œuvre des cadres juridiques nationaux de protection,

d. soutenir la recherche scientifique conformément à la Convention et aux Règlements et le renforcement des capacités à cet égard, et

e. favoriser la conservation appropriée du patrimoine,

Veuillez inclure les parties prenantes appropriées, aux niveaux local, national et international, dans le processus d'identification des meilleures pratiques, et coopérer à leur promotion et à leur application.

Le centre d'archéologie subaquatique d'Andalousie . ©Pedro Saura

Patrimoine Culturel Subaquatique d'Andalousie - l'Espagne

Créé en 2004, le Système d'information et gestion du Patrimoine de l'Andalousie (MOSAICO) est un système d'information qui contient de nombreuses informations sur des sites culturels, y compris 900 épaves historiques. Bien que les sites profitent maintenant de la protection légale, les visites sont encouragées tant pour les plongeurs que pour les touristes. Des cours de formation et des séminaires sont aussi organisés.

Excavation campaign ©Museu d'Arqueologia de Catalunya

Les épaves du Cap del Vol et du Cala Cativa, Catalogne - l'Espagne

Ce projet a porté sur l’étude d’épaves au Cap del Vol et à Cala Cativa qui ont coulé en transportant du vin entre le premier siècle av. J.-C et le deuxième siècle apr. J.-C. Les efforts pour permettre un accès au patrimoine incluent des publications, une exposition au Musée Archéologique de Barcelone, des conférences, des visites guidées aux épaves par scaphandre pendant des travaux de fouilles archéologiques, la protection du site, et un documentaire.

Excavation campaign ©Museu d'Arqueologia de Catalunya

L’Épave de Deltebre 1, Catalogne - l'Espagne

L’épave de Deltebre a été découverte en 2008. Il a coulé en 1813, pendant la Guerre d’indépendance espagnole. Le Centre d'Archéologie Subaquatique de la Catalogne (CASC) commença des fouilles en 2009 qui furent achevées en 2016. L’accès au patrimoine a été rendu possible grâce à des visites publiques pendant les fouilles. De plus, une exposition itinérante spéciale montre les résultats des fouilles à des emplacements divers.

Ortofoto of the dig trench, 2016.©University of Alicante

L'Épave du Bou Ferrer, Villajoyosa - l'Espagne

L'épave de Bou Ferrer est une épave romaine datant du premier siècle apr. J.C. et située au large de la côte de Villajoyosa en Espagne. L'accès au patrimoine est garanti par des visites publiques sur le site, l'accès aux matériels archéologiques dans des musées, des vidéos, des messages éducatifs et des rapports informels, ainsi que des présentations et des conférences.

Campeche Museum

Le Musée d´archéologie Subaquatique Fuerte de San José El Alto, Campeche, Mexique

Le Musée de Campeche a une collection de plus de 900 pièces d'archéologie sous-marine récupérées dans les eaux marines et continentales de la péninsule du Yucatan. Il a deux emplacements : un à San Jose el Alto, qui contient les collections authentiques, et un dans la région de Playa Bonita. L'emplacement à Playa Bonita renforce la visibilité du patrimoine cultural subaquatique grâce à des activités pratiques. Les visiteurs peuvent, par exemple, rencontrer une réplique d'un des navires excavés lors d’une activité de plongée, de plongée en apnée et des bateaux de fond de verre, parmi d'autres activités.

Sun Lake in Nevado de Toluca

Le Patrimoine Culturel Subaquatique à Nevado de Toluca - le Mexique

La Réserve Naturelle Nationale de Nevado de Toluca est un stratovolcan situé à 4680 mètres au-dessus du niveau de la mer. À l'intérieur du cratère, se trouve deux plans d’eaux éternelles, le Lac Solaire et le Lac de Lune. Les matériaux archéologiques déposés à l'intérieur des lacs sont bien préservés. Le but du projet est d'impliquer les communautés locales, par le biais du dialogue, avec leur patrimoine culturel. Des expositions, publications et projections de documentaires encouragent ce dialogue par la sensibilisation et la discussion.

Cascais, Portugal

Le patrimoine culturel subaquatique de Cascais - le Portugal

Cent trente sites de patrimoine culturel subaquatique de l'époque romaine, datant de l’époque romaine jusqu’aux périodes modernes et contemporaines, ont été documentés dans le Diagramme Archéologique Sous-marin par la Municipalité de Cascais au Portugal (PROCASC). Un accès restreint aux sites principaux est désormais offert au public. Certains sites, encore sous l’objet d’études mais qui suscitent un fort intérêt, ont été rendu accessibles aux amateurs tant que les visites peuvent être intégrées au travail de surveillance des archéologues et biologistes.

La péniche Arles-Rhônes 3 © Rémi Bénali, Mdaa/CD13

Excavation, reconstruction, restauration et présentation au public de la péniche Arles-Rhônes 3 - France

L’épave Arles-Rhône 3 correspond à un chaland gallo-romain de 31 m de longueur. Probablement construit dans les chantiers navals d'Arles au milieu du Ier siècle de notre ère, il coula dans le port de la même cité romaine moins de dix ans après sa construction alors qu'il était encore en état de navigation. Découverte en 2004, étudiée en 2005 et 2006, fouillée de 2007 à 2011 et récupérée la même année, la coque de ce chaland est complète à 93 %. Au terme de sa restauration (2011-2013), le chaland a été installé au sein du musée départemental Arles antique avec environ 480 objets l’entourant. L'aménagement évoque trois thèmes pour les visiteurs : la navigation, le commerce fluviomaritime et les activités portuaires.

Bancs de Chinchorro

Patrimoine culturel subaquatique du banco Chinchorro - Mexique

Depuis 2006, la vice-direction de l’archéologie subaquatique de l'Institut national mexicain d'anthropologie et d'histoire (INAH) intègre la carte des ressources culturelles subaquatique du banco Chinchorro. Elle développe des études interdisciplinaires pour comprendre la formation et les processus de transformation des contextes archéologiques submergés. L'inventaire comprend la documentation et l'évaluation de 69 sites archéologiques, y compris des épaves de navires, des cargaisons et des objets naturels perdus ou abandonnés. Le projet promeut un accès responsable grâce à la formation des voyagistes et à des cours de plongée sur les épaves de navires destinés à un public varié.

Ile de Ponta Delgada - Azores

Charte archéologique subaquatique des Açores - Portugal

L'archipel des Açores compte plus d'un millier d'épaves enregistrées, submergées en plus de cinq siècles depuis l'arrivée des premiers habitants sur les îles. Le gouvernement régional a sélectionné 30 sites du patrimoine culturel subaquatique pour un itinéraire subaquatique afin de permettre un accès raisonnable aux visiteurs.  En ce qui concerne l'accès responsable au public, le gouvernement régional met en place une série d'expositions itinérantes sur l'archéologie subaquatique et développe du matériel éducatif et interactif pour le grand public.

Le phénomène du fleuve Ljubljanica - Slovénie

Le phénomène du fleuve Ljubljanica - Slovénie

La portion de 23 km de la rivière Ljubljana entre Vrhnika et Ljubljana et les plaines d’inondations alentours, les Marais de Ljubljana, constituent l’un des sites archéologiques les plus complexes en Slovénie. Les nombreux objets découverts sont divers et témoignent tous du rôle particulier du fleuve pour les communautés locales. Le projet de site d'exposition et de découverte de Ljubljanica est la première phrase d'un programme intégré plus vaste visant à revitaliser le patrimoine culturel et naturel du bassin de Ljubljanica. Son objectif est de protéger, préserver et mettre en valeur les éléments du patrimoine mais aussi d'en assurer l'accessibilité au plus grand nombre afin de promouvoir le développement social durable à long terme aux niveaux local, national et international.

Pièces de monnaie de la Nuestra Señora de las Mercedes

Le projet Nuestra Señora de las Mercedes - Espagne

La frégate Nuestra Señora coula le 4 octobre 1804. Le site du naufrage est situé à 34 milles marins de la côte sud du Portugal, au large du Cabo de Santa Maria. Le projet Mercedes est devenu l'un des exemples internationaux les plus clairs du sens et de la raison d'être de la Convention. Les artefacts enlevés par l'Odyssée ont été déposés au Musée national d'archéologie sous-marine, qui était chargé de gérer environ 14 tonnes de matériel archéologique.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la demande concernant les Meilleures pratiques concernant le patrimoine culturel subaquatique, cliquez ICI

Retour en haut de la page