Paysages engloutis

Les scientifiques avertissent que la hausse des températures entraîne une augmentation du niveau de la mer. Ce phénomène, auquel nous assistons aujourd’hui, n’est cependant pas nouveau.

De fait, durant 90% de l’existence de l’humanité, la mer était plus basse d’environ 40 à 130 mètres par rapport au niveau actuel. C’est pourquoi une partie considérable des traces préhistoriques et historiques de nos ancêtres est actuellement submergée. Ces vestiges, devenus patrimoine subaquatique, sont une source d’information extrêmement importante pour la connaissance des premières civilisations humaines, de nos origines, mais aussi sur le changement climatique et son impact. Aujourd’hui, alors que le niveau de la mer pourrait changer à nouveau de manière conséquente, ce patrimoine peut nous aider à appréhender ce phénomène.  

Beaucoup de travail reste cependant encore à faire. La recherche archéologique subaquatique en est encore à ses débuts et le potentiel de ces études commence seulement à être compris. Cependant, il est clair que nous devons investir davantage dans cette recherche.

La Convention de 2001 de l’UNESCO sur la protection du patrimoine culturel subaquatique joue un rôle important dans cet enjeu. Elle a pour mission de faire prendre conscience de l’importance du patrimoine culturel subaquatique, de participer à la protection de ce patrimoine grâce à un cadre légal international et de promouvoir l’archéologie subaquatique ainsi que le travail des experts et des scientifiques. Un travail considérable doit être fait pour protéger ce patrimoine qui est menacé par de nombreux dangers, mais également pour faire reconnaitre son importance dans la recherche sur le changement climatique.  

Retour en haut de la page