Faire l’expérience des sites historiques submergés de la Première Guerre mondiale – un appel pour la paix du patrimoine

Il est possible de visiter les sites submergés de la Première guerre mondiale et de faire l’expérience de l’atmosphère chargée d’histoire et de pertes tragiques dues à la guerre que véhiculent ces sites authentiques. Alors que certains objets peuvent être découverts dans des musées maritimes ou militaires, d’autres peuvent être vus dans leur emplacement d’origine, sur les fonds marins. Aucun objet ne devrait cependant être extrait de ces sites par des non-spécialistes pour éviter les dégâts ou la perte des informations historiques qu’ils renferment. 

Visiter les épaves sur place

© M- Spencer. Plongeurs visitant un bateau hôpital de la Première Guerre Mondiale au large d'Anzac Cove, péninsule de Gallipoli, Turquie

La partie la moins profonde du site de la bataille du Jutland se situe à une profondeur de 50 à 60 mètres sur le « Dogger bank », un banc de sable peu profond de la mer du Nord. Cette distance est relativement profonde pour des plongeurs amateurs moyens et les épaves ne devraient idéalement être visitées que par des plongeurs professionnels et expérimentés.

En comparaison, les sites submergés de Gallipoli et de Scapa Flow sont plus facilement accessibles. Plusieurs compagnies touristiques de plongée se sont spécialisées dans l’organisation d’excursions touristiques subaquatiques pour faire découvrir leur patrimoine culturel submergé.

Sur le site de Gallipoli, les visiteurs peuvent découvrir les épaves et sites mortuaires des Australiens et Néo-Zélandais qui sont arrivés en Europe pour se battre aux côtés des Alliés. Plusieurs épaves françaises et britanniques sont également présentes sur le site. Différentes sortes de bateaux peuvent y être vues : des bateaux de transport de troupes, des canonnières, des bateaux de ravitaillement, etc. 

A Scapa Flow, des navires de guerres très bien préservés et datant des deux guerres mondiales peuvent être observés. Certains d’entre eux reposent sur leur flanc, ce qui permet aux plongeurs de voir l’intérieur de l’épave. Il y a des vaisseaux de la Royal Navy, ainsi que trois cuirassés allemands, le König, le Kronprinz Wilhelm et le Markgraf, les quatre croiseurs légers Brummer, Dresden, Köln et Karlsruhe, les destroyers V83 et S54 et un sous-marin UB -116 ainsi que 4600 tonnes de tourelles de tir du Bayern. Trois navires sabordés par les britanniques pour empêcher des sous-marins de rentrer dans Burra Sound sont également visibles : Tabarka, Doyal et Gobernador Boris.

Près de l’île d’Helgoland, le Mainz, un croiseur allemand, peut être visité sous l’eau. Le navire français Zélée peut être lui visité près de Papeete, à Tahiti. 

Musées du patrimoine culturel subaquatique de la Première Guerre mondiale

Une partie du patrimoine de la Première Guerre mondiale est exposée et protégée dans des musées du monde entier. Ce patrimoine a été analysé et étudié ; des historiens et des conservateurs ont pu en apprendre plus sur la guerre et découvrir de nouvelles parties de son histoire. 

Afficher tout / Cacher tout

répertoire des faq

Australie

Anzac Cottage

Anzac Cottage est une maison historique construite en 1916. Elle a été construite en un seul jour par une équipe de plus de 200 volontaires qui ont fait don des matériaux de construction. C’est le premier mémorial de guerre de l’Australie dédié à la Première Guerre mondiale (les vétérans d’Anzac) ayant été construit pour héberger les vétérans de la bataille de Gallipoli. Le premier vétéran à vivre dans cette maison est le soldat Porter, qui y a vécu de nombreuses années avec sa famille. La maison est maintenant le quartier général de l’association des vétérans australiens de la guerre du Vietnam (la branche d’Australie occidentale). 

ANZAC Memorial

Le bâtiment, avec ses sculptures intérieures et ses bas-reliefs de Raynor Hoff, commémore le courage et les sacrifices de ceux qui se sont battus pendant la Première Guerre mondiale. Les expositions présentées à l’intérieur du mémorial montrent plusieurs aspects de la vie des militaires en temps de conflit armé. Une exposition photographique permanente illustre les neuf conflits auxquels ont pris part les australiens entre 1885 et 1972. 

Western Australian Museum


Le musée montre des objets du navire construit par les allemands, le SS Emden : le Emden repose près des îles Cocos, du côté sud de l’île North Keeling, où il s'est échoué pour éviter le naufrage après un combat naval avec le croiseur léger australien HMAS Sydney I le 9 novembre 1914. Les objets incluent une vanne en laiton, un fragment de douille en laiton, une poulie de vanne en laiton et un modèle réduit du SS Emden.

 

répertoire des faq

Danemark

Strandingsmuseum, Thorsminde, Jutland, Danemark

Le musée présente l’histoire et la vie quotidienne de la côte ouest du Jutland. Ses collections comprennent, entre autres, des artefacts des épaves du Jutland, y compris le canon du pont du SM-U59.

répertoire des faq

Royaume-Uni

Musées nationaux et galeries, Liverpool

 

Connu sous le nom de « National Museums and Galleries on Merseyside », cet ensemble contient un musée maritime exposant des objets d’épaves, par exemple venant du  SS Politician. Une galerie raconte l’histoire du Titanic, du Lusitania et de l’Empress of Ireland.

Les archives et la bibliothèque maritimes contiennent une petite sélection d’histoires publiées et d’autres publications en accès libre (voir les recherches biographiques sur le régiment du roi pour plus de détails – en anglais). De plus, des journaux intimes de guerre et des livres appartenant aux militaires de la Première Guerre mondiale sont également disponibles aux archives et à la bibliothèque maritimes. Les copies de ces documents comportent un rapport quotidien des activités de chaque bataillon. Les officiers y sont fréquemment mentionnés, les autres rangs militaires un peu moins. Les originaux de tous les journaux de guerre sont conservés aux archives nationales, à Kew.

 

Musée de la Marine Royale

Vieux de près d’un siècle, le croiseur HMS Caroline, le dernier navire à avoir participé à la grande bataille navale du Jutland en 1916, voit ici sa préservation assurée.

répertoire des faq

France

Musée de la Marine, Paris

Le musée est conçu comme un centre culturel maritime qui date de 1748 et rassemble plusieurs sites qui exposent, entre autres, des répliques de navires français qui ont pris part aux combats ou ont sombré lors de la Première Guerre mondiale. Le musée abrite également des uniformes et des effets personnels ayant appartenus à ceux qui ont pris part aux batailles navales. 

Musée de la Grande Guerre, Meaux

Ce musée abrite entre autres des uniformes des marines américaine, anglaise et allemande, une prise de courant maritime, une lampe torche utilisée sur un vaisseau français, un sextant et des posters et estampes en rapport avec la guerre maritime et sous-marine ainsi que divers documents sur  le même sujet (cartes postales, photos, etc.). 

répertoire des faq

Allemagne

Deutsches Schiffahrtsmuseum, Bremerhaven

Le musée maritime allemand se concentre principalement sur les navires d’Europe centrale. Il abrite entre autres :

  • un canon 8.8 d’un sous-marin allemand,
  • des uniformes,
  • un modèle réduit original du chantier naval du sous-marin U-1,
  • des modèles récents des navires allemands de la Première Guerre mondiale, 
  • d’autres objets. 

Mis à part le canon du sous-marin qui a évité d’être démoli dans les années 60 avec les restes du sous-marin  récupéré à l’embouchure de la rivière Weser, aucun des objets présentés n’a d’origine subaquatique. 

Militärhistorisches Museum der Bundeswehr, Dresde

La cloche de 115 kilos du SMS Dresden, qui a coulé pendant la bataille des îles Falklands, est exposée en Allemagne au Musée d’histoire militaire de la Bundeswehr à Dresde. 

Deutsches Marinemuseum

Le musée allemand de la marine expose des objets venant de la marine impériale. Certains d’entre eux viennent des navires de guerre qui ont été démantelés après la guerre.

  • des pièces du croiseur  SMS Goeben, qui a servi sous un nom différent en Turquie pendant la Première Guerre mondiale
  • la cloche du navire SMS Oldenburg
  • des objets provenant des sous-marins de cette époque

 

 

répertoire des faq

Irlande

Cobh Museum

Ce musée sur l’histoire maritime de Cobh expose, entre autres, des objets issus du désastre du Lusitania, des modèles de bateaux, des navires, des peintures, ainsi que des effets personnels et des navires miniatures de la Première Guerre mondiale. Un modèle incomplet du navire-hôpital St. Andrew est également exposé, et l’histoire de la présence navale américaine à Queenstown pendant la Première Guerre mondiale est racontée, de même que des détails de la coopération entre les marines anglaise et américaine pendant cette période.  

répertoire des faq

Nouvelle-Zélande

Torpedo Bay - Musée de la marine

Le musée de la marine est le dépositaire national de la Nouvelle-Zélande pour son patrimoine naval. Il expose entre autres : 

  • un couteau donné à Mme Woods à Singapour en 1940 et fait de métal prélevé sur l’épave de l’Emden sur les îles Cocos, avec un étui en bois et des bagues en argent. Il fait partie de la collection personnelle EZW 025.
  • Une cloche de télégraphe de la salle des machines faite de laiton et posée sur un support en laiton, supposée provenir du sous-marin allemand U-92 qui aurait été capturé en mer du Nord en 1917. 
  • Un baromètre récupéré sur le croiseur allemand sabordé à Scapa Flow le 21 juin 1919. 
  • Un tuyau en laiton venant du SMS Emden, qui a été coulé par le HMAS Sydney.
  • La bannière en lin qui comporte l’inscription « SMS Emden ».  Elle aurait été rapportée en souvenir par M. Lockyer-William, qui était posté sur les îles Cocos au moment de l’action. Il a visité l’épave après les combats à la recherche de souvenirs, dont celui-ci fait partie. Il comporte des traces de rouille au centre du côté droit. 
  • Une carafe venant du câblier Iris, récupéré des fonds marins près de l’entrée principale de la base navale HMNZS Philomel en 1981. 
  • Un jeu de couteaux et fourchettes à poisson récupéré sur le croiseur allemand Emden sabordé à Scapa Flow le 21 juin 1919, par des officiers du HMS Resolution qui l’ont ensuite utilisé dans leur propre cantine.

 

 

 

 

répertoire des faq

Turquie

Musée de Gallipoli Kabatepe

Le musée (Kabatepe Tanitma Merkezi) abrite de nombreuses reliques de la campagne militaire, dont des armes, des uniformes, des munitions, des lettres écrites par des soldats à leur famille, des photographies et des effets personnels comme des accessoires de rasage, des boîtes de cacao et des flasques en cuir. Il y a également des objets plus impressionnants, comme trois balles qui se sont entrechoquées en plein vol, le crâne d’un soldat turc avec un trou fait par une balle dans le front, et la chaussure d’un soldat contenant encore un os du pied du propriétaire à l’intérieur. 

Mise à jour : le musée Kabatepe a été fermé aux visiteurs en septembre 2010 et sera démoli. Un centre de simulation thématique sur Gallipoli le remplacera. En attendant, les expositions ont toutes été transportées aux quartiers généraux des autorités du parc de la péninsule de Gallipoli à Camburnu, environ 1km au sud d’Eceabat, et y sont exposées. 

Musée naval d'Istanboul - Exposition sur la victoire navale de Canakkale

Dans cette exposition, la Première Guerre mondiale et la victoire navale de Canakkale sont illustrées par des objets historiques, dont des modèles complets des croiseurs Mecidiye, Hamidiye, Yavuz, Midilli, des cuirassés Turgut Reis, Mesudiye, du croiseur-torpilleur Berk-i Satvet, du sous-marin Corporal Mustecip, du destroyer Muavenet-i Milliye, du torpilleur Sultanhisar, du navire-hôpital Resitpasa et du mouilleur de mines Nusret. Du côté de l’ennemi sont présents des modèles du cuirassé Bouvet, qui a coulé après avoir sauté sur une mine déployée par le Nusret pendant la guerre, du cuirassé britannique Goliath qui a coulé à Morto Bay par une torpille lancé à bord du destroyer Muavenet-i Milliye, du cuirassé britannique Triumph, coulé par le sous-marin allemand U-51 le 25 mai 1915, du cuirassé britannique Irresistible, coulé par une mine dans la baie d’Erenkoy, dans le détroit de Canakkale, les 7 et 8 mars 1915, ainsi que diverses parties de plusieurs navires qui ont joué un rôle primordial dans les combats. Sont également exposés des registres, des instruments de navigation utilisés à bord de ces navires, des enseignes, des peintures et des photographies de la guerre, des objets récupérés à bord des navires qui ont sombré, des balles, des cartouches, des baïonnettes, diverses bombes, des canons, des fusils, des pistolets, des cartes et plusieurs objets ayant appartenu à la Société navale ottomane

Un des fusils présents dans le musée appartenait à un officier du sous-marin britannique E-15, qui était ancré à Kepez Feneri et a ensuite coulé à Canakkale les 18 et 19 avril 1915. 

Voir les expositions et les collections liées à la Première Guerre mondiale en Turquie. 

Retour en haut de la page