21.08.2012 - UNESCO Office in Dakar

23 août 2012 : Commémorer la Traite négrière et son Abolition sans haine et sans rancœur

Gorée sur la route de l'esclave : de la mémoire au pardon ©UNESCO Dakar/L. Barro

Dans le cadre de la commémoration de la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition (23 août 2012), le BREDA organise une exposition avec l’artiste plasticien Lamine BARRO intitulée « Gorée sur la route de l’esclave : de la mémoire au pardon ».

Retracer l’histoire

L’exposition est composée de figurines en miniature qui retracent l’histoire de la traite négrière et de l’esclavage avec une perspective sur le pardon sans l’oubli.

Lamine Barro est un artiste peintre, sculpteur et céramiste qui a conçu cette exposition depuis une quinzaine d’années. Il a déjà eu l’occasion de la présenter à Dakar, à Gorée mais aussi à Chicago aux Etats-Unis.

Cette année l’exposition aura lieu à la Galerie nationale d’Art, Dakar, Sénégal, du 23 aout au 23 septembre 2012. L’occasion sera ainsi donnée au public de la découvrir ou de la revoir.

Egalement au programme, les discours d’usage de la Directrice de la Galerie nationale, la Directrice du BREDA, du Maire de Dakar et du Ministre de la culture et du tourisme ainsi que la prestation de la troupe théâtrale « Espoir de la banlieue »

Se recueillir et réfléchir pour un monde débarrassé de l’esclavage, orienté vers la paix et le dialogue

A travers ce programme, l’UNESCO-Dakar invite le public à se souvenir de ces millions d’esclaves arrachés au Continent et à se recueillir devant l’étendue de cette tragédie historique.

« Il s’agit d’un double exercice de Souvenir et de Recueillement dans la perspective qui est celle de l’UNESCO, excluant toute haine et toute rancœur, mais résolument orientée vers la promotion des droits de l’homme et la construction d’une culture de la paix, à travers le dialogue interculturel » souligne Christian Ndombi, conseiller régional pour la culture au Bureau de l’UNESCO à Dakar.

Dans la nuit du 22 au 23 août 1791, à Bois-Caïman, dans la colonie alors française de Saint Domingue, les esclaves se sont révoltés pour obtenir leur libération. Ce fût le début du processus qui a abouti à la création de la République d’Haïti, la première république noire indépendante du Monde.

« C’est pour cette raison que la date du 23 août est devenue la date symbolique de l’abolition de la traite négrière ; et que l’UNESCO et la Communauté internationale l’ont choisie, lors de la Conférence générale de l’UNESCO en 1997, pour se souvenir de la Traite négrière et de son Abolition » précise Ndombi.




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page