17.05.2019 - UNESCO Office in Dakar

Des pays du Sahel réunis autour du suivi de l’intégration de la PEV dans les systèmes éducatifs

©UNESCO/M. Fall

Le Mali, le Niger, la Gambie, le Burkina Faso, le Sénégal et la Guinée-Bissau, se sont réunis pendant deux jours à Dakar pour faire l’état d’avancement de l’intégration de la prévention de l’extrémisme violent (PEV) dans les programmes d’éducation et dans les processus d'enseignement et d'apprentissage de leur pays respectif.

Organisé par le bureau régional multisectoriel de l’UNESCO pour l’Afrique de l’Ouest-Sahel et l’IFEF, cet atelier de travail a été l’occasion de revenir sur les recommandations des précédents séminaires de renforcement de capacité à l’endroit des Etats membres mais également des formateurs d’enseignants en 2017 et 2018 ayant réunis près d’une dizaine de pays africains.

L’une des principales recommandations était la mise en place d’une plateforme virtuelle de partage d’informations et d’expériences sur la prévention de l'extrémisme violent par l'éducation (PEV-E).

Cette plateforme web dénommée ‘’Apprendre à vivre ensemble de manière durable’’ a été créée et présentée aux points focaux durant cette réunion de travail qui s’est tenue du 14 au 15 mai 2019 à Dakar dans les locaux de l’Institut de la Francophonie pour l’éducation et la formation (IFEF).

Une réunion qui a en outre permis aux représentants des pays, désignés comme points focaux PEV-E, de faire le point sur les actions menées par les autorités du secteur de l’éducation pour prévenir l’extrémisme violent.

Ainsi le Burkina Faso a élaboré en avril 2019 un plan d’action de PEV-E au post primaire et secondaire prévoyant outre la formation des formateurs et des enseignants, la sensibilisation de 200 membres des personnels administratifs et de la vie scolaire des régions du Sahel, du Nord et de l’Est, épicentres de plusieurs incidents sécuritaires.

Selon M. Souleymane Coulibaly, chargé d’étude au ministère en charge de l’éducation du Burkina Faso, le département qu’il représente a également élaboré plusieurs documents stratégiques pour notamment accélérer la scolarisation des élèves (du primaire, du post primaire et du secondaire) des zones à fort défi sécuritaire. Une stratégie nationale de lutte contre la drogue, la toxicomanie et la violence (SNL-DTV) a aussi été élaborée pour prévenir la violence, la toxicomanie et l’usage de la drogue en milieu scolaire.

Pour le cas du Niger plusieurs modules et guides ont été élaborés relatifs à l’enseignement des droits humains à l’école primaire ou encore à la violence basée sur le genre en milieu scolaire.

M. Jafarou Salley du ministère en charge de l’éducation a également expliqué que le Niger a organisé des formations en direction des enseignants pour leur permettre de diagnostiquer et de prendre en charge les enfants ayant des troubles psychologiques mineurs et ceux victimes des troubles graves et d’en référer aux spécialistes.

En Gambie, par exemple, le point focal M. Mbara Saine a révélé qu’une révision du curriculum de l’éducation de base prenant en compte la PEV est en cours.

Les sessions qui ont suivi ces différentes présentations ont été animées autour des recommandations suivantes : élaboration d’un plan de communication, vulgarisation de la plateforme web dans les pays, , intégration de la PEV-E dans le plan sectoriel éducation et intégration de la dimension recherche, partenariat avec les Universités.

Pour plus d’infos :

 1. https://fr.unesco.org/preventing-violent-extremism/education

 2. http://www.unesco.org/new/fr/dakar/promoting-peace-and-sustainable-development-through-strengthening-youth-competencies-for-the-life-and-work-in-the-sahel/ 




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page