06.08.2012 - UNESCO Office in Dakar

L'autonomisation des femmes et la préservation de la biodiversité à Sao Tomé et Principe

© UNESCO/Pierre Gaillard

Dans le quartier de Lobata à Sao Tomé et Principe, un programme intégré et participatif contribue à l'autonomisation des femmes, à la préservation de la biodiversité et à l'amélioration des moyens de subsistance.

Sao Tomé et Principe est un pays insulaire de langue portugaise dans le golfe de Guinée, où plus de la moitié de la population vit avec moins de deux dollars par jour.

L'écosystème des îles est menacé par les pratiques humaines telles que la collecte des œufs de tortue, par l’utilisation de la viande pour la consommation locale, le commerce des coquilles pour l'artisanat, et l’utilisation du bois des arbres pour le chauffage et le charbon de bois, ainsi que la chasse des oiseaux. Ces pratiques ont toutes un impact négatif sur la préservation de la biodiversité.

Cibler les femmes « leaders »

L'initiative de Lobata vise à améliorer la vie des femmes à travers la pratique d’activités génératrices de revenus, mais aussi à leur faire acquérir des compétences dans divers domaines tels que l'alphabétisation, la transformation des produits agricoles, des fruits de mer, la mode, le design, la protection de l'environnement, etc.

Depuis 2009, 300 femmes « leaders » âgées de 15 à 35 ans organisées en 12 groupes communautaires apprennent davantage sur les divers aspects de la conservation des tortues et d'autres sujets environnementaux en mettant l'accent sur la nécessité de protéger les tortues, les oiseaux et la forêt pour préserver la biodiversité sur les îles.

Elles sont supervisées par Mme Hélène Bonfim, coordonnatrice du programme au ministère de l'Éducation. Le projet Lobata est le résultat d'un partenariat entre le gouvernement, les ONG, les organisations communautaires et l'UNESCO-Libreville.

Une assurance grandissante

Pour continuer à soutenir et motiver les femmes, le ministère de l'Éducation a lancé un programme d'alimentation scolaire à base de fruits de mer locaux. Le Ministère a également fourni des uniformes scolaires conçus par des groupes communautaires.

De telles initiatives suscitent chez les femmes une plus grande confiance en elles et leur permet d’acquérir de nouvelles compétences




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page