21.01.2013 -

Faire le point sur les études diagnostiques de la question enseignante en Afrique

Plusieurs études de diagnostic enseignants ont commencé en Afrique, mais les progrès sont lents ©Thierry BONNET

Les parties prenantes dans le diagnostic de la question enseignante en Afrique à savoir l’UNESCO, l’UNICEF et les pays engagés dans ce processus se sont fixé rendez-vous à Saly (Sénégal) du 21 au 23 janvier 2013 pour échanger sur ce sujet.

Ils vont faire le point sur les progrès réalisés dans les pays et mettre en exergue les entraves et les solutions expérimentées pour y faire face.

Depuis 2010, dix pays se sont engagés dans les études diagnostiques sur les enseignants. Il s’agit du Bénin, de l’Ouganda, du Mali, de la Guinée Conakry, de la Mauritanie, du Lesotho, du Burundi, du Mozambique, du Congo et du Niger.

Le Bénin, le Lesotho et le Burundi ont achevé leurs études et fait valider leurs rapports. Parmi les trois pays, le Bénin est à ce jour le seul à travailler sur les conclusions et recommandations de l’étude pour arriver à un document de politique enseignante. Les autres pays sont à un stade inférieur.

Les conditions de succès

« Cet atelier est d’une importance tout à fait capitale » souligne Jean Adotevi, Spécialiste de la question enseignante à l’UNESCO-Dakar. « Au sortir de l’atelier, les participants seront mieux sensibilisés sur les conditions de succès dans les études diagnostiques sur les enseignants ». 

« Les structures organisationnelles ainsi que les mécanismes de financement seront discutés et feront l’objet d’un consensus; une cartographie des sources de l’assistance technique et de l’assurance qualité sera effectuée et consignée dans un mémorandum » ajoute Adotevi.

L'UNESCO-Dakar a développé un outil pour réaliser le diagnostic de la situation des enseignants y compris des services de soutien technique, des outils et approches. Il s’agit d’un soutien à la révision des politiques existantes et/ou à la formation.

Axes majeurs de discussions

Trois axes majeurs seront couverts pendant la discussion :

  1. Le premier concerne les trois rapports de diagnostic disponibles qu’il s’agira de comparer.
  2. Le second : faire le bilan sur les progrès enregistrés en Ouganda, au Mali, en Guinée, en Mauritanie, au Mozambique, au Congo et au Niger, en matière d’appuis organisationnels et politiques consolidés, mécanismes de financement, assistance technique et résultats produits pour les études diagnostiques en cours ou sur le point de démarrer.
  3. Le troisième : investir la phase post diagnostique d'élaboration de la politique enseignante, le progrès réalisé au Bénin, et les perspectives pour le Burundi et le Lesotho de s’engager dans le processus.

« Une stratégie à deux volets sera développée d’une part à l’endroit des entités d’appui, définissant clairement leurs rôles et responsabilités et d’autre part à l’endroit des pays pour leur engagement, dans le siège du conducteur » explique Adotevi et poursuit : 

« Un schéma de communication sur les résultats du diagnostic de la question enseignante et de l’élaboration politique sera mis en place et des plans pour répondre aux nouvelles demandes des pays discutés ».




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page