12.03.2013 - UNESCO Office in Dakar

Des outils et des instruments pour améliorer la gouvernance de la Science, la Technologie et l’Innovation

Participants à l'atelier STI à Dakar (mars 2013)©UNESCO

« Un des défis majeurs auxquels se heurtent les décideurs en matière de STI en Afrique est assurément le manque d’informations, d'indicateurs précis et de capacité d'analyse technique pour concevoir les politiques de STI » déclare Ann Therese NDONG-JATTA, Directrice de l’UNESCO-Dakar.

Afin de contribuer à la résolution de ce problème, la Division des politiques scientifiques et du renforcement des capacités, à l’UNESCO-Paris, le Bureau de l’UNESCO à Dakar avec l’appui des partenaires régionaux en STI organisent un atelier (12 au 14 mars à Dakar, Sénégal) pour échanger sur ce sujet. Prendront part à cet atelier des responsables et décideurs gouvernementaux de la STI, des universitaires et statisticiens du Burundi, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Gabon, du Niger et du Sénégal ainsi que des partenaires au développement actifs dans le domaine de la STI. Il s’agira, souligne NDONG-JATTA « de renforcer les capacités des participants afin qu’ils contribuent à la mise en œuvre au niveau régional, des nouvelles initiatives mondiales lancées par l’UNESCO telles que l’Observatoire Mondial sur les instruments de politiques en STI (GOàSPIN), de même que le Programme d’évaluation au niveau mondial ((STIGAP) ».

« Au-delà de l’aspect de renforcement des capacités des participants, la rencontre permettra un échange entre les participants sur des questions de politique, le renforcement de liens de travail entre eux ainsi que la création de réseaux sous régionaux » ajoute NDONG-JATTA.

Un projet qui suscite un vif intérêt auprès des Etats membres

L’atelier s’inscrit dans le cadre d’un projet sur la STI mené depuis 2008, par la Division des politiques scientifiques de l’UNESCO. Son budget est de 1,5 Millions de $ des EU, qui porte sur deux volets à savoir la coopération bilatérale pour la formulation ou la mise en œuvre des politiques et des instruments de STI et l’appui pour le développement des capacités au niveau régional. Ce projet suscite un vif intérêt auprès des Etats membres car il répond à un réel besoin.

Des profils pays à élaborer

Après l’atelier, les participants sont appelés à élaborer des profils pays en matière de STI dans le cadre de GOàSPIN. Les éléments rassemblés dans les pays seront ensuite standardisés par l’UNESCO et intégrés dans la plateforme GOàSPIN en ligne, un ensemble de bases de données avec des graphiques et outils analytiques puissants.

L’AOSTI qui vient de signer un accord de coopération avec l’UNESCO, accompagnera les pays dans l’élaboration de ces profils qui devraient être finalisés d’ici juillet 2013. Ils représentent une contribution importante à la gouvernance de la STI en Afrique et seront très utiles pour informer les politiques en matière de STI.




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page