08.06.2017 - UNESCO Office in Dakar

Il n’est jamais trop tard pour changer !

©G Hip Hop

G Hip Hop est une association créée par des acteurs Hip Hop de Guédiawaye, une banlieue de Dakar, Sénégal. Elle a pour objectif d'animer la ville de Guédiawaye et de promouvoir les pratiques citoyennes à travers les cultures urbaines.

Lors de la consultation nationale sur la situation dans les prisons au Sénégal organisée les 23 et 24 mai 2017 par le Bureau régional multisectoriel de l’UNESCO à Dakar, les représentants de G Hip Hop ont été invités à présenter leurs actions dans le domaine de la réinsertion socio-professionnelle. Cette participation a fait suite à une visite par une délégation de l’UNESCO à Dakar du centre G Hip Hop de l’association située à Guédiawaye, dans la banlieue de Dakar.

Fondée en 2010, G Hip Hop est dirigée par un bureau de hip hopeurs dont Malal Talla et Malick Sarr - Fou Malade et Sarrène Sarr de leurs noms d’artistes - qui se sont engagés à aider les jeunes de la banlieue à se construire un avenir. Le centre G Hip Hop, actuellement doté d’une scène de spectacle, d’un studio d’enregistrement, d’un restaurant et d’une bibliothèque, a pu voir le jour grâce à la détermination et au leadership des fondateurs de l’association à l’appui des jeunes du quartier. Des artistes, des élèves, des ex-détenus et autres jeunes des environs s’y côtoient quotidiennement dans une atmosphère paisible et détendue qui favorise l’expression et leur procure un sentiment d’appartenance à un groupe et une raison d’être.

Les actions de l’association G Hip Hop pour la réinsertion sociale et professionnelle des jeunes déscolarisés qui ont souvent connu la délinquance, la violence ou la détention carcérale sont diverses. Plusieurs projets artistiques dont le Festival Guediawaye du Rap, des concerts, des cyphers, des ateliers de danse, de photographie, de graffiti, d’écriture de textes, de beat making et des ateliers DJ sont proposés. Des offres de formations sur les métiers de la culture urbaine à travers le projet Gnibissil Jub du Wess « Il n’est jamais trop tard pour changer » et sur le jardinage et la production de plants en pépinières, l’aménagement et l’embellissement des quartiers de Guédiawaye à travers le projet Volontaires verts sont également proposées aux jeunes.

« Ces activités m’évitent de penser à mon passé et de retomber » explique un jeune qui, après 18 mois de détention carcérale, s’est converti au jardinage grâce à G Hip Hop. Les jeunes plants qu’il entretient servent entre autres à reboiser Guédiawaye lors de la Journée Mondiale de l’Environnement, célébrée le 5 juin, sur initiative et fonds propres de l’association.

Convaincus que le changement naît de l’engagement citoyen et de la responsabilité civique, en dépit des ressources limitées, les membres de l’association se mettent à l’œuvre sans attendre d’appui extérieur. Les bénéfices de leurs actions, largement reconnus à Guédiawaye et ailleurs, leur ont toutefois permis de bénéficier de financements de donateurs tels que la Fondation Ford et l’Union Européenne pour la mise en œuvre de certains de leurs projets.

Le succès de l’association réside dans l’approche adoptée pour la réinsertion car le hip hop est un moyen de canaliser la violence, dans lequel les jeunes en situation difficile se reconnaissent et par lequel ils s’expriment et libèrent leurs frustrations.

L’UNESCO, à travers son Programme d’éducation à la citoyenneté mondiale, encourage de telles initiatives inspiratrices menées par des jeunes pour aider d’autres jeunes à devenir des citoyens responsables et actifs qui contribuent à la mise en place d’un monde plus paisible, plus tolérant, plus inclusif et plus sûr.

Lien vers article consultation : http://www.unesco.org/new/fr/dakar/about-this-office/single-view/news/preventing_violent_extremism_pve_by_addressing_the_situati/

Lien vers page Facebook de G Hip Hop : https://www.facebook.com/pg/guediawayehiphop/




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page