30.11.2011 -

Journée mondiale de lutte contre le VIH/SIDA 2011: Objectif zéro

[Translate to francais:] UNESCO Dakar ready to celebrate World AIDS Day, 1. December 2011.

Le message pour la Journée mondiale de lutte contre le VIH/SIDA est clair: Zéro nouvelles infections, zéro discrimination et zéro décès liés au SIDA.

Mais pour atteindre cet objectif nous devons progresser aussi rapidement que le virus lui-même a déclaré la Directrice Générale de l’UNESCO, Irina Bokova. Nous allons de l’avant mais les progrès restent très inégaux, a-t-elle ajouté. 

Globalement, le taux annuel de nouvelles infections au VIH a baissé de 21% entre 1997 et 2010. Le nombre de personnes mortes  de causes liées au SIDA diminue également. 

Cette tendance positive est observée également en Afrique sub-saharienne où le nombre total des nouvelles infections a baissé de même que les décès liés au SIDA parmi les enfants et les adultes. L’accès au traitement antiretroviral gratuit s’est fortement amélioré. 

Une catastrophe humaine

La situation en Afrique constitue toujours une catastrophe humaine, a souligné Ann Therese Ndong-Jatta, Directrice du Bureau régional de l’UNESCO pour l’Education en Afrique, basé à Dakar, Sénégal. 

« Le continent compte seulement 12% de la population mondiale mais abrite 68% des personnes vivant avec le VIH/SIDA. Ceci signifie que quelque 22.5 millions d’Africains vivent aujourd’hui avec le SIDA.  De plus, la stigmatisation et la discrimination contre les personnes vivant avec le VIH est répandue dans les sociétés en Afrique.

Fortes disparités en Afrique

La prévalence au VIH/SIDA varie fortement parmi les pays africains. Dans les pays d’Afrique de l’Ouest couverts par l’UNESCO-Dakar (Cap Vert, Guinée-Bissau, Sénégal et Gambie), le nombre des personnes adultes infectées est inférieur à 4 %. En Afrique de l’Est et en Afrique australe, les taux d’infection atteignent les 25%. 

Personne ne connaît les véritables raisons qui expliquent ces disparités. Certains pensent que le type de virus (HIV2) qui se trouve en Afrique de l’Ouest et du Centre est moins nocif aux premiers stades de l’infection. Les modes de vie, les croyances culturelles et la volonté politique sont également mis en avant pour expliquer la situation.

Nouvelle stratégie de l’UNESCO

L’UNESCO a lancé une nouvelle stratégie pour affiner l’intervention de l’Organisation.

“Notre objectif global est clair,” a indiqué la Directrice générale.  “Nous devons assurer un accès généralisé à la prévention contre le VIH, au traitement, aux soins et au soutien ».  A cet effet, nous sommes entrain de restructurer notre action autour de trois priorités stratégiques: renforcer les capacités des pays à faire face de manière efficace et durable, par l’éducation ; renforcer l’éducation au VIH et l’éducation sexuelle ; et, améliorer l’égalité entre les genres et protéger les droits humains. 

En Afrique, l’UNESCO intervient sur trois fronts:

  • Impliquer davantage les jeunes dans la recherche des solutions
  • Oeuvrer à réduire le stigma et la discrimination
  • Améliorer la compréhension pour inverser le phénomène de féminisation du VIH/SIDA
  • Plaider pour l’éducation sexuelle.

 Au Sénégal, l’UNESCO dirige l’Equipe conjointe des Nations Unies sur le SIDA.




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page