26.06.2014 -

La radio communautaire favorise le développement local à travers l'Afrique

Les radios communautaires sont de puissants outils pour atteindre les gens qui ont peu ou pas d'accès à l'information. ©UNESCO

Pendant des années, les gens de Bandafassi, un petit village dans le Pays Bassari au Sénégal, avaient peu d'information sur les elections, l'éducation, la nutrition, etc. Mais une nouvelle radio communautaire a commencé à diffuser son programme dans les langues locales (Bassari, Bédick, Coniagui, Dialongou, Fulfulbé, et Mandingue) pour ce village ainsi que dans d'autres villages dans cette région proche de la Guinée.

Le pays bassari est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial depuis 2012.

La nouvelle radio est gérée par et pour les communautés. Elle a été récemment inaugurée par le Président du Sénégal, Macky Sall, dans le cadre de la construction d'un nouveau centre culturel pour la région Bassari, fruit du projet MDG- F Culture et développement au Sénégal, qui était coordonné par le bureau régional de l'UNESCO à Dakar entre 2009 et 2013.

L'UNESCO soutient la promotion des radios communautaires, qui sont considérées comme un support médiatique étant au cœur de la communication sociale et des processus démocratiques au sein des sociétés. Ce qui donne plus d’importance aux radios communautaires, c'est qu'elles s’adressent à des personnes ayant peu ou aucun accès aux médias nationaux ou régionaux. Les radios sont donc d'excellents outils pour éduquer et informer les villageois sur les questions cruciales comme la santé, l’éducation, le développement durable, etc.

Elles favorisent également la diffusion des traditions orales d'une région. A Bandafassi, par exemple, la radio communautaire diffuse des émissions sur les contes et proverbes, la musique traditionnelle et l’histoire des villages; elle fera appel aux griots et chanteurs traditionnels, aux détenteurs des savoirs et connaissances sur les plantes médicinales.

Contribue à sauver des vies

" La radio contribue à la promotion et au développement des cultures et des langues locales », a déclaré le président sénégalais lors d'une interview diffusée sur la nouvelle radio. Le Président sénégalais a contribué avec un soutien financier de 5000 $ pour un lancement efficace des divers programmes de radio.

Dans le Delta du Saloum, de l'autre côté du Sénégal et près de l'océan Atlantique, la radio communautaire de l'île de Bétenty s'est avérée efficace. Lancée l'an dernier, les prévisions météorologiques quotidiennes sont particulièrement appréciées par les pêcheurs locaux.

Betenty FM 91,6 est également importante pour les villageois, car elle est la seule radio à utiliser la langue locale mandingue. La radio diffuse non seulement ses programmes pour atteindre les populations de Betenty mais aussi des îles voisines et même de la Gambie.

Une longue histoire

L’UNESCO promeut la communication par la radio depuis plus de 50 ans. En effet, l’Organisation a mise en œuvre des clubs d’écoute radiophoniques (embryons des radios communautaires) et connus sous l’appellation de « tribunes radiophoniques » ; l’expérience a connu son apogée dans les années 1951 en Inde et au Ghana dans les années 1960.

En 1966, un autre développement important a lieu dans les colonies africaines fraîchement indépendantes. L'UNESCO organisa deux réunions pour lancer les radios éducatives rurales utilisant les langues locales (au Rwanda pour l’Afrique francophone et dans l’actuelle Tanzanie pour les pays anglophones). Ce sont ces radios éducatives rurales qui ont évolué en radios régionales, puis en radios rurales et finalement en radios communautaires dans les années 1990 pour la plupart des pays Africains.

Et l'engagement continue

En Afrique de l'Est, le Bureau régional de l'UNESCO à Nairobi coordonne un projet qui vise à renforcer la capacité des 32 radios locales dans sept pays africains, à partir de 2012 jusqu'à la fin de 2014. Son objectif global est d'améliorer la vie des pauvres, en particulier les femmes et les filles, en augmentant la qualité de la programmation de stations de radio locales.

Au Cameroun, le Gouvernement a reçu une aide financière de 5,8 millions de dollars de la Banque Africaine de développement pour la création de 26 stations de radio communautaires. Le projet sera géré par le Bureau régional de l'UNESCO à Yaoundé.

Centres multimédia communautaires

Souvent les radios communautaires font partie des centres multimédia communautaires (CMC), qui comprennent également un espace multimédia avec un accès payant à des ordinateurs, imprimantes, scanners, etc. Ces services permettent de mobiliser les fonds pour le fonctionnement de la radio communautaire.

Au Sénégal, par exemple, l'UNESCO Dakar a contribué à la mise en place de 30 CMC dans tout le pays, et à proposer la formation des journalistes communautaires aux questions clés du développement telles que la violence de genre, sensibilisation à l'environnement etc.

Selon Jean-Pierre Ilboudo, responsable de la communication et de l'information au Bureau de l’UNESCO à Dakar, il est toutefois important de souligner les difficultés financières et organisationnelles rencontrées par la plupart des CMC et les radios communautaires. Le Ministère de la communication du Sénégal et l’UNESCO Dakar envisagent donc de faire une évaluation de leur fonctionnement en vue de relancer durablement ces outils clés du développement.




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page