15.05.2019 - UNESCO Office in Dakar

Lancement d’un projet sur l’accès à l’information des jeunes sur la migration en Afrique de l’Ouest et Centrale

©UNESCO/Y. Yiming

Le 13 mai 2019 s’est tenue au Siège UNESCO à Paris la cérémonie de lancement officiel du projet « Autonomiser les jeunes en Afrique à travers les médias et la communication », soutenu par le Ministère italien des Affaires étrangères et de coopération internationale. Ce projet vise à renforcer les capacités des médias pour donner aux jeunes en Afrique de l’Ouest et du Centre les moyens de prendre des décisions éclairées sur les questions migratoires à travers un meilleur accès à des informations de qualité.

Cette nouvelle initiative du Secteur Communication et Information de l’UNESCO impliquera huit pays : le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Guinée-Conakry, le Mali, le Niger, le Nigeria et le Sénégal. La coordination de la mise en œuvre est assurée par le Bureau Régional Multisectoriel de l’UNESCO pour l’Afrique de l’Ouest (Sahel), en étroite collaboration avec les bureaux régionaux d’Abuja et de Yaoundé, ainsi que des bureaux nationaux de la sous-région.

En présence des délégations des Etats Membres africains et des représentants du Comité consultatif du projet, le Sous-Directeur général pour la communication et l'information, M. Moez Chakchouk, a souligné dans son discours d’ouverture que « Etre bien informé, c’est être un citoyen éclairé, critique, capable de prendre part de façon active à la vie de sa communauté et de son pays. C’est pour cela que les médias publics, privés, et surtout communautaires, doivent être renforcés pour promouvoir une meilleure compréhension de la migration ».

Au cours de son allocution, la Vice-Ministre italienne des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Mme Emanuela Del Re, a déclaré que « l’information joue un rôle crucial dans la thématique migratoire en Afrique ». Pour Mme Del Re, « le projet répond à la nécessité d’informer correctement cette jeunesse afin que la décision de migrer soit le résultat d’un choix libre et responsable ».

Aujourd’hui, plus de 80% des migrations africaines sont internes au continent africain et concerne près de 19 millions de personnes, dont 6,7 millions en Afrique de l’Ouest et 3,5 millions en Afrique centrale. Les femmes représentent 47,1% et les jeunes entre 15 et 24 ans 16% des migrants.

« Malheureusement, les capacités des médias à couvrir la migration sont relativement faibles et les contenus médiatiques tendent à se focaliser sur les risques migratoires en donnant une image réductrice des migrants », a déclaré le Sous-Directeur Générale pour la Priorité Afrique et les relations extérieures, M. Edouard Firmin Matoko. « Le projet que nous lançons aujourd’hui s’inscrit dans la continuité de l’action de l’UNESCO au bénéfice de l’Afrique en général, et, plus spécifiquement, de l’autonomisation des jeunes à travers les médias pour une migration sûre ».

 Le projet contribuera par ailleurs à la mise en œuvre de la Stratégie de l’UNESCO pour le Sahel : l’égalité des genres, le développement des médias et la Priorité Afrique. Des jeunes femmes issues du monde des médias et de la communication des pays cibles seront impliquées, et une attention particulière sera portée à la production de contenus éditoriaux sur des jeunes femmes migrantes, qui font partie des groupes les plus vulnérables des populations migrantes.

Suivant l’Agenda 2063 de l’Union africaine, le projet est en cohérence avec le Cadre de politique migratoire pour l’Afrique qui préconise entre autres actions stratégiques, l'accès à des informations précises sur la migration de main-d'œuvre, avant le départ et après l'arrivée, y compris les conditions d'emploi, les recours et l'accès aux conseils juridiques en cas de violation [des droits humains].

Le projet répond à l’ODD 16.10 qui vise à garantir l’accès public à l’information et protéger les libertés fondamentales, conformément à la législation nationale et aux accords internationaux.

Enfin, cette initiative contribue à la réalisation de plusieurs objectifs du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, notamment éliminer toutes les formes de discrimination et encourager un débat public fondé sur l’analyse des faits afin de faire évoluer la manière dont les migrations sont perçues ; fournir les informations exactes à toutes les étapes de la migration ; et donner aux migrants et aux sociétés des moyens en faveur de la pleine intégration et de la cohésion sociale.




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page