29.01.2014 -

Les objectifs de l'EPT ne seront probablement pas atteints d'ici 2015 en Afrique

Apprenants étudiant dans une école à Eastern Cape, Afrique du Sud, dans des classes surchargées avec un manque de tables et de chaises @Eva-LottaJansson/UNESCO

Le Rapport mondial de suivi sur l’Éducation pour tous 2013/4 révèle que malgré les progrès, les pays d'Afrique sub-Saharienne sont peu susceptibles d'atteindre l'éducation pour tous d'ici à 2015.

Le rapport est lancé aujourd'hui (29 Janvier 2014) au cours d'une réunion de haut niveau à Addis-Abeba (Ethiopie), ainsi que lors des lancements nationaux à travers le monde.

Les principales conclusions du rapport mondial de suivi 2013/14 sont :

  • Le taux brut de scolarisation dans le pré-primaire est passé de 10 % en 1999 à 18 % en 2011, laissant la région en retard derrière toutes les autres régions.
  • L'Afrique subsaharienne est loin d'atteindre l'éducation primaire universelle (taux net de scolarisation de 77 %). Aucun progrès n'a été fait depuis 2007, laissant près de 30 millions d'enfants africains non scolarisés.
  • En 2011, le taux net de scolarisation au premier cycle du secondaire a atteint 49 %, mais le nombre d'adolescents qui ont quitté l'école dans la région est resté à 22 millions entre 1999 et 2011, en raison de la croissance de la population.
  • Le nombre d'adultes analphabètes africains a augmenté de 37 % depuis 1990, principalement en raison de la croissance démographique, pour atteindre 182 millions en 2011. En 2015, il est prévu que 26 % de tous les adultes analphabètes vivront en Afrique subsaharienne, contre 15 % en 1990.
  • En Afrique subsaharienne, le recrutement des enseignants est à la traîne de la croissance des effectifs, les ratios élèves /enseignant ont stagné et sont désormais les plus élevés dans le monde aux niveaux pré- primaire et primaire. Le rapport fournit des informations sur les progrès réalisés par le pays et révèle qu'aucun pays africain atteindra les six objectifs de l'EPT. Toutefois, plusieurs pays africains atteindront un ou plusieurs des objectifs.
  • En 2011, le taux net de scolarisation au premier cycle du secondaire a atteint 49 %, mais le nombre d'adolescents qui ont quitté l'école dans la région est resté à 22 millions entre 1999 et 2011, en raison de la croissance de la population.• Le nombre d'adultes analphabètes africains a augmenté de 37 % depuis 1990, principalement en raison de la croissance démographique, pour atteindre 182 millions en 2011. En 2015, il est prévu que 26 % de tous les adultes analphabètes vivront en Afrique subsaharienne, contre 15 % en 1990.
  • En Afrique subsaharienne, le recrutement des enseignants est à la traîne de la croissance des effectifs, les ratios élèves /enseignant ont stagné et sont désormais les plus élevés dans le monde aux niveaux pré- primaire et primaire.

Le rapport fournit des informations sur les progrès réalisés par le pays et révèle qu'aucun pays africain atteindra les six objectifs de l'EPT. Toutefois, plusieurs pays africains atteindront un ou plusieurs des objectifs.

Echec dans l’apprentissage des bases

Le Rapport de cette année, intitulé « Enseigner et apprendre : Atteindre la qualité pour tous » prévient que sans attirer et former correctement un nombre suffisant d’enseignants, la crise de l’apprentissage durera plusieurs générations et touchera le plus durement les personnes défavorisées.

En Afrique subsaharienne, plus de la moitié des enfants n’ont pas appris les bases: un quart des enfants d'âge scolaire, au primaire, atteignent la quatrième année mais n'ont toujours pas appris les bases ; et plus d'un tiers n'a pas atteint la quatrième année.

Le résultat de tant d'enfants qui quittent l'école sans avoir appris les bases, ou être jamais entrés à l'école du tout est que 40% des jeunes africains ne peuvent pas lire une phrase. Et les jeunes issus de ménages pauvres sont beaucoup moins susceptibles d'être capable de lire une seule phrase.

Au Burkina Faso, 72% des jeunes gens riches ont des compétences de base en lecture, comparativement à 54% de jeunes femmes riches, mais seulement 13% des hommes pauvres et 6% des femmes pauvres.

Avoir suffisamment d'enseignants dans les classes

Entre 2011 et 2015, l'Afrique subsaharienne a besoin de recruter environ 225 000 enseignants supplémentaires par an pour atteindre l'éducation primaire universelle d'ici 2015.

394 000 enseignants supplémentaires par an sont ensuite nécessaires pour atteindre un ratio de 32 élèves par enseignant dans l'enseignement secondaire moyen. En comparaison, le nombre d’enseignants du secondaire moyen a augmenté de 52 250 par an entre 1999 et 2011 dans la région.

Un défi particulier consiste à aider les enseignants à être capable d'enseigner les compétences précoces de lecture en plus d'une langue et  à utiliser de façon efficace les matériels élaborés en langue locale.

Au Mali, une étude sur les compétences des élèves en utilisant une évaluation précoce de la lecture et les observations de l’enseignant, a montré que peu d'enseignants ont pu apprendre à leurs élèves à lire. C'est sans doute une raison importante pour laquelle près de la moitié des élèves au Mali ne peuvent pas lire un mot dans leur propre langue à la fin de la 2e année.

Développé par une équipe indépendante et publié par l'UNESCO, le Rapport mondial de suivi sur l'Education pour tous est une référence qui fait autorité visant à informer, influencer et soutenir l'engagement réel en faveur de l'éducation pour tous.




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page