01.03.2018 - UNESCO Office in Dakar

Intégrons les langues africaines dans l’enseignement !

©UNESCO/S. Sy

Le Sénégal a célébré, mercredi 21 février, la Journée internationale de la langue maternelle. La cérémonie, a eu lieu au village de Fandène (Thiès) connu pour son utilisation de la langue maternelle dans le préscolaire.

La Journée internationale de la langue maternelle nous rappelle l’importance de l’éducation multilingue fondée sur la langue maternelle. Après 20 ans de célébration, il est devenu évident qu’elle est une des clés pour une éducation de qualité car aujourd’hui au moins 40 % des habitants du monde n’ont pas accès à l’instruction dans une langue qu’ils parlent ou comprennent (Walter et Benson, 2012).

Ce défi est plus fréquent dans les régions où la diversité linguistique est la plus grande, comme en Afrique subsaharienne (PNUD, 2004). Dans de nombreux systèmes éducatifs d’Afrique de l’Ouest, le français reste la principale langue d’instruction et la grande majorité des enfants reçoivent l’enseignement dans une langue qui ne leur est pas familière, ce qui compromet gravement leurs chances d’apprentissage.

L’évènement, organisé par la Direction de l’Alphabétisation et des Langues Nationales du Ministère de l’Education nationale, a connu une forte mobilisation. Il a démarré par une exposition d’ouvrages et de supports didactiques écrits dans les divers parlers du groupe cangin (noon, laala, saafi entre autres). L’occasion de rappeler, pour Tidiane Sall, administrateur national du programme Education du bureau de Dakar que « L’organisation soutient les politiques linguistiques […] qui valorisent les langues maternelles et autochtones. Elle recommande l’usage de ces langues dès les premières années de scolarisation : car un enfant n’apprend jamais mieux que dans sa langue maternelle ». Les recherches menées dans ce domaine montrent que l’utilisation de la langue maternelle a un impact positif sur l’apprentissage et ses résultats. Consciente de ces enjeux, l’Organisation, fournit des cadres normatifs pour l’élaboration de politiques en matière de langues et l’enseignement multilingue basé sur l’utilisation de la langue maternelle. L’UNESCO Dakar, accompagne par exemple les Etats de la CEDEAO afin qu’ils relèvent les défis liés à la qualité des enseignements-apprentissages, grâce à un Paquet de ressources pour la formation des formateurs en éducation bilingue, à la mise à l’essai dans les pays francophones de la région depuis 2017.

L’UNESCO Dakar travaille également avec ses partenaires pour explorer de nouvelles voies pour l’alphabétisation notamment via l’utilisation des TIC et des langues nationales. Au Sénégal, le bureau a ainsi appuyé le ministère de la Formation professionnelle de l'Apprentissage et de l'Artisanat, pour l’élaboration et l’opérationnalisation d’un modèle pédagogique dans la menuiserie bois, en langue nationale wolof et d’y intégrer les TIC. Ce nouveau modèle d’apprentissage espère ainsi rendre les formations plus attractives auprès d’une population locale et des jeunes apprenants. Les langues nationales sont ainsi utilisées pour donner à ces adultes les connaissances dont ils ont besoin dans au leur quotidien et dans l’apprentissage d’un métier.

Message de la Directrice générale de l’UNESCO, à l’occasion la Journée internationale de la langue maternelle : http://unesdoc.unesco.org/images/0026/002614/261469f.pdf

Utilisation des langues nationales et des TIC dans la formation professionnelle au Sénégal :

http://www.unesco.org/new/fr/dakar/about-this-office/single-view/news/utilisation_des_langues_nationales_et_des_tic_dans_la_format/

Alphabétisation, plaider en faveur de l'utilisation des langues nationales : http://www.unesco.org/new/fr/dakar/education/literacy/

fr/dakar/education/literacy/




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page