12.07.2019 - UNESCO Office in Dakar

Migration : L'UNESCO met l'accent sur l'accès à l'information des jeunes en Afrique de l'Ouest et du Centre

©UNESCO/Theo Somda

L’UNESCO a procédé ce 09juillet à Dakar (Sénégal) au lancement régional d’un projet qui va renforcer les capacités des médias dans huit pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre afin de diffuser aux jeunes une information éthique, prenant en compte les droits de l’Homme et le genre dans la migration.

« Je panique à chaque fois que j’entends parler de la migration irrégulière, et je ne souhaite à personne de traverser les épreuves que j’ai connu, j’ai vu des gens emprisonnés jusqu’à mort, des femmes violées et des jeunes gens perdre la raison ». Le rappeur « Big Makhou » assène ces mots crus, durs. Face à lui un parterre d’invités présents dans les locaux de l’UNESCO Dakar, le rythme de sa prose fait revivre les péripéties de ce jeune migrant qu’il interprète avec tant de réalisme, dans le clip du JT rappé qui illumine l’écran de projection de la salle.

L’on est en droit de s’interroger après avoir entendu ce témoignage si poignant « De quelles informations les jeunes qui décident de partir disposent-ils ? Prennent-ils le temps de se poser les bonnes questions avant ? » Ce sont là des interrogations substantielles auxquelles l’UNESCO ambitionne d’apporter des réponses adéquates grâce au projet régional « Autonomiser les jeunes en Afrique à travers les médias et la communication ».

Cette initiative cible le renforcement des capacités des professionnels des médias à contribuer à l’amélioration de l’accès des jeunes à une information de qualité sur la migration en Afrique de l’Ouest et du Centre. Il s’avère d’autant plus urgent de nos jours, au regard des chiffres sur la migration dans la région de mettre à la disposition des jeunes de l’information critique sur ce phénomène. Les données sur la migration en Afrique de l’Ouest et du Centre sont significatives « Plus de 7,5 millions de migrants ouest-africains soit 3% de la population régionale habitent dans un autre pays que les leurs, contre 1,2 million de migrants qui vont vers l’Europe, l’Asie et l’Amérique » comme l’a rappelé M. Ismaila Dangou, de la CEDEAO, lors de son intervention.

Une priorité : renforcer les capacités des médias à mieux informer sur la migration

En déployant ses activités pendant trois ans sur huit pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (le Sénégal, le Mali, le Niger, la Guinée-Conakry, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Nigeria et le Cameroun), ce projet financé par l'Agence Italienne pour la Coopération au développement (AICS) du Ministère italien des Affaires étrangères et de la coopération Internationale (MAECI), va apporter une réponse singulière aux défis de l’accès à l’information des jeunes sur les opportunités et les risques liés à la migration. L’Afrique de l’Ouest et du Centre selon les prévisions de la Banque mondiale, compte près de 150 millions de jeunes. Cette jeune population doit faire face à des préoccupations majeures en terme de formation et d’emploi, déterminants majeurs qui poussent les jeunes à migrer vers d’autres pays.

Conformément à son mandat et leader mondial de l’ODD 16.10, l’UNESCO va par cette initiative « … accroitre la capacité des médias africains de la sous-région à mieux informer les jeunes sur les enjeux des politiques de mobilité intra régionales et mettra l’accent sur la problématique genre, à travers l’implication de jeunes femmes issues du monde des médias et de la communication des pays cibles. » a insisté M. Dimitri Sanga, Directeur du Bureau régional multisectoriel pour l’Afrique de l’Ouest – Sahel. Une attention toute particulière sera portée à la production de contenus éditoriaux avec des approches sexospécifiques et inclusives sur la problématique de la migration, avec des jeunes femmes, y compris des migrantes.

Comme l’a souligné António Guterres, Secrétaire général des Nations Unies à l’occasion de la Journée internationale des migrants célébrée le 18 décembre de chaque année. « Les migrations offrent une chance à des millions de personnes en quête d’une vie meilleure, et profitent aussi bien aux communautés d’origine et qu’à celles de destination ».

Pour l’UNESCO, cette chance qu’offre la migration pourrait être bénéfique et mieux envisagée par les jeunes grâce à une meilleure information sur les opportunités et les possibilités, y compris celles régionales.




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page