14.06.2013 - UNESCO Office in Dakar

Près de 30 millions d’enfants non scolarisés en Afrique

22% of African children have never attended primary school ©UNESCO/Anne Müller

De nouvelles statistiques publiées par l’UNESCO montre que 29,8 millions d’enfants d’Afrique subsaharienne n’étaient pas scolarisés en 2011. C’est la moitié de l’ensemble – 57 millions – des enfants non scolarisés dans le monde en 2011. Dans le même temps, une nouvelle étude signale un déclin de l’aide à l’éducation de base pour la première fois depuis 2002, y compris en Afrique subsaharienne.

D’après une analyse récente de l’Institut de Statistiques de l’UNESCO, 22% des enfants africains n’ont jamais été à l’école primaire ou ont quitté l’école avant d’avoir achevé le cycle primaire ; ce qui concerne plus d’un enfant sur cinq. L’Afrique subsaharienne rencontre de réelles difficultés pour fournir l’éducation.

Depuis 2005, le nombre d’enfants non scolarisés en Afrique subsaharienne s’est maintenu aux alentours de 30 millions, alors qu’en Asie du Sud et de l’Ouest des avancées considérables ont été réalisées ces vingt dernières années, réduisant le nombre d’enfants non scolarisés de deux tiers : de 38 millions en 1999 à 12 millions en 2011.

Les nouveaux chiffres ont été publiés avant qu’un débat de haut niveau de soutien à la première initiative sur l’Education globale du secrétaire général des Nations Unies ait lieu à New York, le 11 Juin. Ces chiffres mettent l’accent sur le besoin de combattre la double crise de l’éducation – si les enfants vont effectivement à l’école, et s’ils apprennent une fois qu’ils y sont. 

Qui sont ils ?

Les enfants non scolarisés viennent typiquement des régions pauvres, isolées, touchées par des conflits ou regroupant des minorités ethniques, raciales et linguistiques. Les enfants de foyers pauvres ont trois fois plus de risques de ne pas être scolarisés que les enfants de familles riches.

Les filles issues de foyers pauvres dans des régions rurales comptent parmi les enfants qui rencontrent le plus de barrières à leur éducation. En 2011, 16,1 millions de filles d’Afrique subsaharienne n’étaient pas scolarisées, soit plus de la moitié de tous les enfants non scolarisés d’Afrique subsaharienne.

Bien que plus d’enfants aillent à l’école, peu de progrès ont été réalisés pour retarder le moment où ils la quittent. Environ 137 millions d’enfants ont commencé l’école primaire en 2011 mais pas moins de 34 millions risquent d’abandonner avant d’avoir atteint la dernière classe du primaire.

Cela se traduit par un taux de départ précoce de l’école à 25% – le même qu’en 2000.

Une aide en déclin pour l’éducation de base


Alors que les chiffres sur la non scolarisation restent stables, une nouvelle analyse du rapport mondial de suivi sur l’Education Pour Tous (EPT) signale une baisse de 6% entre 2010 et 2011 de l’aide à l’éducation de base.

Au cours de cette année, 6 des 10 principaux bailleurs de fonds pour l’éducation ont réduit leur dépense. La situation mouvante des bailleurs voit désormais comme plus grand bailleur bilatéral pour l’éducation de base le Royaume-Uni. De plus, les fonds ne sont pas envoyés vers les régions et pays qui en ont le plus besoin.

L’aide pour l’éducation de base en Afrique subsaharienne a diminué de 7% entre 2010 et 2011, alors que plus de la moitié des enfants non scolarisés vivent dans cette région.

Le rapport appelle les bailleurs à donner en priorité aux régions et pays qui en ont le plus besoin : l’Afrique subsaharienne compte plus de la moitié des enfants non scolarisés et reçoit actuellement 7% d’aide en moins en 2011 par rapport à 2010.

L’aide au Nigeria, pays qui compte le plus grand nombre d’enfants non scolarisés au monde, a diminué de plus d’un quart entre 2010 et 2011. Les coupes les plus importantes pour l’éducation de base ont été réalisées par le Canada, les Pays-Bas et la Banque mondiale (IDA), qui ont diminué leurs contributions de plus d’un tiers à ces régions.




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page