15.11.2011 - UNESCO Office in Dakar

Un nouveau manuel explore la non-pertinence des curricula en Afrique

« L’éducation en Afrique reste de façon générale stérile”. Elle améliore les connaissances des Africains en les écartant et en les éloignant cependant de leur cadre et conditions de vie ».

Ceci constitue une des conclusions du nouveau manuel sur les théories et pratiques éducatives en Afrique. Il soulève des questions essentielles sur la nécessité de re-conceptualiser l’éducation et ses missions dans le contexte africain.

Une oeuvre monumentale

Ce travail monumental – presque 600 pages – couvre 9 thèmes en 36 chapitres et a mobilisé 44 contributeurs de 16 pays.

Le manuel a été préparé par le Professeur Emerite et Doyen Honoraire Thérèse Mungah Shalo TCHOMBE et sa collègue le Professeur A. Bame Nsamenang de la Chaire UNESCO sur les Besoins spéciaux en Education. Toutes deux travaillent dans des Universités au Cameroun.

S’attaquer au “Lavage de cerveau”

“Le livre lance une nouvelle façon de faire face au défi de kutiwa kasumba qui a été un véritable fardeau pour l’Afrique depuis la colonisation du continent et son assimilation de l’éducation occidentale.  Kutiwa kasumba est un terme swahili qui peut être bien traduit par “lavage de cerveau” indique Pai Obanya dans l’avant propos. Il est un éducateur renommé et ancien Directeur du Bureau régional pour l’Education en Afrique basé à Dakar.

La publication peut être téléchargée gratuitement à partir du site web du Centre de ressources pour le développement humain (www.thehdrc.org).

 




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page