07.05.2014 - UNESCO Office in Dakar

Nouveau projet pour soutenir l'éducation de la jeunesse dans le nord du Mali

Un projet d'éducation des jeunes Maliens de 500.000 $ a été signé le 5 mai 2014 à Bamako, Mali ©UNESCO

Un nouveau projet de l'éducation pour assister les jeunes vulnérables dans le nord du Mali. Son objectif, aider cette frange de la population à acquérir les compétences et les connaissances nécessaires afin de mieux faire face aux changements climatiques, les tensions et les conflits.

Le projet veut à travers l'enseignement technique et la formation professionnelle mieux outiller les jeunes des régions touchées par le conflit tel que Mopti, Tombouctou, Gao et Kidal. Il sera mis en œuvre par le Bureau de l'UNESCO au Mali.

Ce projet de 500,000 $ a été signé le 5 mai 2014, Bamako, Mali sous la présence du ministre de l'Education du Mali, Mme Jacqueline Marie Togola Nana, de l'ambassadeur du Japon, son Excellence M. Akira Matsubara et le chef de l'UNESCO à Bamako, M. Lazare Eloundou.

Le projet financé par le Japon devra durer 9 mois et se fixe comme objectif :

  1. Intégrer les compétences de renforcement de la résilience et de réponse aux changements climatiques dans l’enseignement technique et la formation professionnel
  2. Renforcer les capacités des enseignants à l'éducation à la paix dans des cadres formels et non formels
  3. Promouvoir l'intégration du plan de réduction des risques des catastrophes et des conflits et la résolution des conflits dans les politiques éducatives du Mali. 

Situé au cœur de la région du Sahel, le Mali est confronté à un niveau de vulnérabilité extrême. Il s'agit d'être exposée à des catastrophes qui sont occasionnées par l'imprévisibilité du climat, l'insécurité alimentaire, et des conflits.

Bien que l'éducation apporte des compétences de survie de base, plus de la moitié de la population jeune dans cette région nord n’a pas accès à l'école et manque d'éducation de base et de compétences professionnelles. Au Mali seul un adulte sur trois sait lire et écrire.

Le défi de l'emploi des jeunes

Le ministre de l'Education a magnifié les excellentes relations entre les gouvernements du Mali et du Japon et a remercié le gouvernement du Japon pour le soutien permanent au développement de l'éducation au Mali.

"J'espère que cet important projet peut contribuer à la résolution de l’épineux problème de l'emploi des jeunes, il s’agit de les tendre la main aux jeunes qui sont à la fois dans et hors de l'école, promouvoir la construction de la paix, de réduire le risque de conflits et de catastrophes au Mali, en particulier dans les régions du nord », a déclaré le ministre.

Dans son allocution, l'ambassadeur du Japon est revenu sur les excellentes relations entre le gouvernement du Japon et celui du Mali, et le bon partenariat avec l'UNESCO.De 1997 à 2009, le gouvernement du Japon a contribué à environ 32,5 milliards de francs CFA pour la construction de 260 écoles à travers le Mali. Depuis 2009, le gouvernement du Japon a investi dans la construction de l'Institut de formation des enseignants à Kati pour environ 4 milliards de francs CFA.

Le représentant de l'UNESCO, M. Lazare Eloundou, a remercié le gouvernement malien pour le choix d'associer l'UNESCO dans sa stratégie visant à améliorer la qualité de l'éducation au Mali en mobilisant tous les services dans son ministère afin que le projet soit exécuté dans le délai imparti. Il a également exprimé la gratitude de l'UNESCO aux cotés au gouvernement du Japon pour la décision de financer ce projet pour soutenir l'éducation dans les situations d'urgence.

L'éducation pour renforcer la résilience

" L'éducation doit être une priorité comme un instrument clé pour renforcer les compétences de la résilience, qui permet aux gens d'anticiper, s'adapter, et de récupérer plus vite et mieux face aux crises, et de sauver des vies ", a déclaré M. Eloundou. Ont assisté à la cérémonie les administrateurs de l’éducation des services centraux nationaux, le directeur national de l'emploi et de la formation professionnelle ainsi que de nombreux journalistes.




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page