23.10.2013 - UNESCO Office in Dakar

Ouverture de la réunion ministérielle pour accélérer les progrès en Education Pour Tous en Afrique

Le 21 octobre 2013 à Luanda, Angola, était ouvert par M. Pinda Simao, Ministre angolais de l’éducation, le segment ministériel de la 2e réunion régionale sur l’Education Pour Tous dans le cadre de l’Initiative Big Push.

Ce fut une cérémonie très colorée, marquée par des prestations musicales et danses. La réunion a rassemblé des Ministres, vice-Ministres ou autres représentants de 15 pays ainsi que des partenaires tels que le FAWE, l’ADEA, la CONFEMEN, OSISA, ANCEFA, Agences du Système des Nations Unies en Angola et hauts responsables de différents départements ministériels de l’Angola.

M. Simao a souligné l’importance du leadership pris par le Gouvernement angolais dans le processus du Big Push en abritant la seconde réunion régionale. Cette rencontre s’est déroulée en deux temps : un segment technique de 3 jours et une session ministérielle de 2 jours.

Une tâche inachevée

“Les objectifs EPT et ceux du Millénaire pour les développement (OMD) restent pertinents car toujours non atteints en Afrique” a indiqué M. Simao dans son allocution de bienvenue. Il a déploré le manque d’enseignants qualifiés et la faible qualité des enseignements.

« L’Education est un facilitateur, un droit fondamental indispensable pour réaliser les autres droits” a ajouté le Ministre de l’Education de l’Angola.

Il a appelé à une véritable appropriation et engagement au niveau national, et a souligné la nécessité de se mettre à l’écoute des enfants et des jeunes dans le processus Big Push afin d’assurer une accélération effective de l’EPT en Afrique sub-saharienne.

Une réponse concrète

M. Olav Seim, Directeur de l’Equipe de l’UNESCO chargée des Partenariats EPT a rappelé qu’en novembre 2012, lors de la Conférence mondiale EPT, les Ministres de l’Education avaient appelé à une action urgente pour accélérer les progrès vers les six objectifs EPT.

“Cette réunion constitue une réponse à ce plaidoyer puisque les pays africains participant s’engagent dans le processus » a-t-il poursuivi M. Seim a félicité le Bureau régional de l’UNESCO à Dakar qui joue un rôle majeur dans la conduite de ce processus en notant qu’aucune autre région n’intervient de façon aussi systématique et structurée.

Parmi les autres interventions on peut noter celle du Représentant de l’UNFPA en Angola qui a relevé les progrès accomplis grâce au partenariat fort tissé autour du processus de mise en œuvre.

Lancement d’un nouveau rapport sur l’alphabétisation

Un des moments forts de la rencontre ministérielle était le lancement officiel du Rapport mondial sur l’éducation des adultes (GRALE), par Mme Carolyn Ananoueva, Sous-Directrice de l’Institut pour l’Education des Adultes et l’Apprentissage tout au long de la Vie (UIL).

Dans sa présentation du rapport sur le thème Repenser l’alphabétisation, Mme Ananoueva a expliqué qu’il est le résultat des évaluations effectuées par les gouvernements sur l’état de l’alphabétisation dans 141 pays dans le monde. 34 rapports reçus provenaient de pays africains.

Le rapport considère l’alphabétisation comme une base fondamentale de l’apprentissage tout au long de la vie. Il couvre, entre autres, des sujets tels que la mise en place de structures de gouvernance ainsi que les définitions de l’alphabétisation.




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page