29.11.2012 -

Renforcer l'éducation à la paix dans la Communauté des Etats de l'Afrique de l'Ouest

Cérémonie d'ouverture à Abidjan (Côte d'Ivoire) le 26 Novembre 2012 © UNESCO

L’Éducation à la paix sera à l'ordre du jour pendant deux semaines à Abidjan (Côte d'Ivoire). L'UNESCO et ses partenaires organisent deux réunions pour promouvoir l'éducation à la paix dans les salles de classe.

Un atelier de formation se concentre sur un manuel de référence pour l'éducation á la paix, de la citoyenneté et de l'intégration régionale. La deuxième réunion, un atelier de renforcement des capacités, est destinée aux planificateurs de programmes scolaires pour voir comment inclure la prévention des conflits et de catastrophes naturelles dans les politiques éducatives.

Cette semaine, du 26 au 30 novembre 2012, un atelier de formation des formateurs sur l'appropriation et l'utilisation du Manuel de Référence de la CEDEAO (la Communauté des Etats de l'Afrique de l'Ouest) en matière d'Education à la paix, à la citoyenneté et à l'intégration régionale.

Cette formation est d'une importance absolument indéniable, comme l'a indiqué le Représentant du Ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche de Côte d'Ivoire, dans son discours d'ouverture.

Le Manuel est l’un des piliers du projet de la CEDEAO « Paix et développement » qui couvre 15 pays de la Communauté.

D'autres formations prévus

La première phase du projet porte essentiellement sur 6 pays en crise ou en post-conflit dans la région à savoir la Côte d'Ivoire, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Liberia, la Sierra Leone et le Togo. Il est financé par la Banque Africaine de Développement et coordonné par l'UNESCO-Dakar.

Un atelier de formation du même genre a déjà eu lieu au Libéria. Deux autres ateliers sont prévus au Cap Vert du 17 au 21 décembre 2012 pour les pays lusophones et du 4 au 8 février 2013 en Sierra Leone pour les pays anglophones.

L'éducation à la paix dans les curricula

La semaine prochaine, du 3 au 5 décembre 2012, un atelier de renforcement des capacités pour les planificateurs et les développeurs des curricula sur le thème de la prise en compte des conflits et des catastrophes naturelles dans les politiques éducatives; cet atelier s'inscrit dans le cadre d'une série d'ateliers de formation organisés conjointement par les bureaux de l'UNESCO à Dakar et à Yaoundé, trois instituts de l'UNESCO (IICBA, IIPE et BIE), UNESCO Siège, l'UNICEF et PLAN.

Les planificateurs et concepteurs des curricula venant du Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée, Guinée Bissau, Mali, Niger,  Nigéria, Sénégal, Sierra Leone, Le Gambie et du Togo se rassembleront pour :

  • analyser les politiques et les plans d'éducation des pays de la CEDEAO à la lumière de l'éducation à la paix et de la prévention des conflits et des catastrophes naturelles,
  • formuler des propositions pertinentes susceptibles d'améliorer les documents de politiques et les stratégies éducatives
  • bénéficier d'une formation aux outils de planification développés par l'IIPE pour l’intégration des conflits et des catastrophes,
  • proposer une feuille de route pour la révision des politiques et des curricula de formation des formateurs dans les pays ciblés.

 Insuffisante prise en compte de l'éducation

Malgré la richesse des productions scientifiques publiées sur le sujet par l'UNESCO et d'autres organisations, une analyse rapide des politiques éducatives nationales ainsi que des curricula de formation des enseignants semble démontrer que la prise en compte et l'intégration de l'éducation aux stratégies de promotion ou de préservation de la paix restent insuffisantes.

« Cette situation s'explique en partie par le déficit de qualification des planificateurs et des responsables en charge des curricula. D'ou la nécessité de les outiller en matière d'intégration de la réduction des risques de conflit dans leurs domaines d'intervention respectifs » souligne Ydo Chef de la Section, Paix et Développement durable à l'UNESCO-Dakar. « Le but de la présente rencontre est de contribuer à relever ce défi », poursuit Ydo.

Le monde est aujourd'hui caractérisé par des crises économiques à répétition et des conflits sociopolitiques et militaires qui ont pour effets d'annihiler les velléités de progrès et de saper les efforts de développement des Etats, notamment ceux des pays pauvres.

Dans le continent africain, environ 2/3 des pays ont été ou sont en situation de conflit et les systèmes éducatifs figurent parmi les principales victimes de ces troubles récurrents. Le Rapport mondial de suivi de l'Education pour Tous 2011 a démontré que l'impact des crises sur les systèmes éducatifs formel et non formel est exacerbé par la non-préparation ou la mauvaise préparation du personnel enseignant et des apprenants.

Des documents pour faciliter les travaux

Des Notes d'orientation sur l'intégration de la réduction des risques de conflits et de catastrophes dans la planification du secteur éducatif, qui sont destinées aux planificateurs de l'éducation, viennent d'être publiées par l’Institut international de planification de l’éducation de l'UNESCO avec l'appui de l'UNICEF.

« Ces notes vont nourrir la réflexion lors des ateliers de formation à venir, de même que les documents de référence sur l’éducation à la paix édités dans le cadre d'un projet pour la CEDEAO mis en oeuvre par le BREDA sous financement de la BAD », explique quant à lui, Pape Banga Guissé, Coordonnateur de ce projet.

Les travaux permettront d'orienter les pays dans la mise en place de cadres nationaux pour faire de l'éducation un moyen puissant du renforcement de la cohésion nationale et de la coexistence pacifique.




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page