29.01.2014 - UNESCO Office in Dakar

Une crise grave de l'apprentissage en Afrique subsaharienne

L'enseignante Ewesit donnant ses cours aux enfants, sous les arbres, à une école mobile à quelques 50 kilomètres de Lodwar, Turkana, Kenya @UNESCO/KarelPrinsloo/ ARETE

En Afrique subsaharienne, plus de la moitié des enfants n’apprennent pas les bases, révèle le 11e rapport mondial de suivi sur l’Education pour tous publié aujourd’hui.

25 pour cent des enfants africains d'âge scolaire, au primaire, atteignent la quatrième année mais n'ont toujours pas appris les bases ; et plus d'un tiers n'a pas atteint la quatrième année.

Résultat: 40 pour cent des jeunes africains ne peuvent pas lire une phrase. Et les jeunes issus de ménages pauvres sont beaucoup moins susceptibles d'être capable de lire.

Le Rapport de cette année, intitulé « Enseigner et apprendre : Atteindre la qualité pour tous », prévient que sans attirer et former correctement un nombre suffisant d’enseignants, la crise de l’apprentissage durera plusieurs générations et touchera le plus durement les personnes défavorisées.

Dans de nombreux pays d’Afrique subsaharienne, parmi les enfants les plus défavorisés, un sur cinq seulement atteint la fin de l’école primaire en ayant acquis les bases en lecture et en mathématiques.

Crise mondiale de l’apprentissage

D’après le Rapport, une crise mondiale de l’apprentissage coûte 129 milliards de dollars par an aux pouvoirs publics. Dix pour cent des dépenses mondiales consacrées à l’enseignement primaire se perdent dans une éducation de mauvaise qualité qui ne permet pas aux enfants d’apprendre. De fait, dans les pays pauvres, un jeune sur quatre est incapable de lire une seule phrase.

Le Rapport arrive à la conclusion que des enseignants compétents sont la clé de l’amélioration et appelle les gouvernements à mettre les meilleurs d’entre eux à disposition de ceux qui en ont le plus besoin.

Le fait d’offrir une éducation équitable et de qualité pour tous peut générer de grandes retombées économiques, en faisant croître le produit intérieur brut par habitant d’un pays de 23 % sur 40 ans.




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page