21.03.2012 - UNESCO Office in Dakar

Les Centres Multimedia Communautaires partagent des expériences novatrices

© UNESCO/Anne Müller - La radio local à Saraya, appelé Giggi Sembe, la radio de l'espoir.

La vache juste derrière la maison de la radio communautaire à Saraya, une ville au sud-est du Sénégal, est un des moyens novateurs que les Centres Multimedia Communautaires exploitent pour mobilier des fonds.

"Nous la louons à des fermiers" explique Moussa Danafakha, Coordonnateur du CMC de Saraya.

Il ajoute que le CMC de Saraya a aussi ouvert un restaurant communautaire pour mobiliser des fonds pour les activités de la radio.

"Nous avons à présent un bar doté d’une télévision où nous servons le déjeuner et le diner" poursuit-il.

Ce genre d'idées novatrices seront partagées au cours d'un atelier qui rassemblera, du 21 au 23 mars à Saly (Sénégal), des gestionnaires de 31 CMC du Sénégal.

Un dévouement impressionnant

L'atelier de trois jours organisé par l'UNESCO – Dakar se focalisera sur le renforcement des capacités des gestionnaires des CMC et examinera les stratégies de mobilisation de ressources.

"On note une forte volonté des CMC d'utiliser les langues nationales pour atteindre les populations locales" souligne Ydo Yao, Chef a.i. du secteur de la communication et information à l'UNESCO-Dakar.

"Pour servir leur communauté, les gestionnaires des radios et les équipes éditoriales travaillent de façon bénévole souvent dans des conditions difficiles" ajoute t-il.

Ydo souligne que les radios constituent un outil fantastique que les partenaires au développement d’atteindre les zones rurales à travers les langues locales.

» Le potentiel est immense » ajoute Ydo en invitant les partenaires intéressés à contacter l’UNESCO pour explorer ensemble ce potentiel.

Des ordinateurs en panne

La radio joue un rôle important dans les zones rurales. A Saraya, par exemple, il n'y a pas d'autre radio que celui du CMC appelé Giggi Sembe (la radio de l'espoir).

La radio touche environ 40 villages. Le manque de ressources constitue un défi constant pour le fonctionnement des CMC.

Le matériel offert par l'UNESCO et par des partenaires est vétuste et a besoin d'être réparé ou remplacé. Les cyber café, qui sont parties intégrantes des CMC, étaient censés rapporter des fonds pour couvrir les frais de fonctionnement des radios communautaires.

Mais en raison des conditions climatiques difficiles, les ordinateurs tombent souvent en panne, et les CMC se heurtent aux coupures d'éléctricité et/ou aux problèmes de connexion internet .

Besoin d'apprendre les uns des autres

Les gestionnaires des radios au sein des CMC vont partager leurs expériences et leurs stratégies de survie.

"Il est très important de développer des stratégies de mobilisation de ressources et d'apprendre les uns des autres" souligne Ydo. Suite à cette réunion, l'UNESCO élaborera un livret présentant les meilleures pratiques au sein des CMC.

Au cours de l'atelier, les gestionnaires des radios au Sénégal examineront aussi leurs besoins de formation en termes de production radio.

Ils seront également formés sur des sujets spécifiques très pertinents et particulièrement importants pour les populations rurales; la protection de l'environnement et le VIH/SIDA.

Développer des industries culturelles

L'atelier s'inscrit dans le cadre du projet MDG/F de développement des industries culturelles au Sénégal coordonné par l'UNESCO-Dakar et financé par le Gouvernement d'Espagne.

Il couvre deux régions du Sénégal: le pays Bassari et le Delta Saloum.

L'UNESCO appuie des CMC également dans d'autres pays africains à savoir le Cameroun, la Guinée-Bissau, le Mali et le Mozambique.




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page