10.12.2013 - UNESCO Office in Dakar

Formation sur l’utilisation de l'énergie solaire pour booster l'électrification dans 12 pays africains

@ UNMIL Photo/Christopher Herwig

Le Bureau de l’UNESCO à Dakar co-organise, dans la capitale sénégalaise, un atelier sur l’énergie solaire du 9 au 13 décembre. Quelques 30 participants provenant de 12 pays africains francophones seront formés à l’installation et à la maintenance des systèmes photovoltaïques, une installation de composants destinés à fournir de l’électricité en utilisant l’énergie solaire.

« On oublie souvent le lien crucial entre l’accès aux services d’énergie de base et la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement », a expliqué Anthony Maduekwe, spécialiste de programme dans le Département des Sciences au Bureau Régional de l’UNESCO à Dakar.

L'accès aux services énergétiques de base contribue à une augmentation substantielle du taux de scolarisation, une meilleure couverture médicale grâce à un meilleur conditionnement des médicaments, une amélioration de la conservation des aliments, une augmentation de l'accès à l'eau potable ainsi que la création de petites activités génératrices de revenus.

Plus faible taux d'électrification au monde

Malgré des progrès continus, l'Afrique accuse le taux d'électrification le plus faible au monde. En effet, près de 42% seulement de sa population était connectée à l’électricité en 2009. Toutefois, il existe d’importantes disparités entre l’Afrique du Nord (électrifiée à 99%) et l’Afrique subsaharienne (électrifiée à 30%). Dans cette dernière région, seulement 15% des populations rurales disposent d’un accès à l’électricité.

L’atelier de formation comprendra des séances pratiques, organisées à l'Ecole Supérieure Polytechnique, de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Une visite de terrain sera également organisée sur un site de démonstration à Pire, une localité située à environ 100km de Dakar.

«Cette initiative s'inscrit dans le cadre d’activités que nous avons lancées, il y a plusieurs années, pour soutenir le renforcement des capacités institutionnelles et le développement des aptitudes humaines, dans le domaine de l'énergie renouvelable», a encore expliqué Maduekwe.

L'atelier est la 4e « école régionale » sur l’énergie solaire en Afrique francophone. Des centaines de professionnels, à travers le monde, ont été formés dans ce domaine entre 2009 et 2012. Trois de ces sessions ont eu lieu en Afrique francophone.

«Cet atelier à Dakar est la continuation de cette riche expérience», a ajouté Maduekwe.

Partenariat avec TIKA et l'ISESCO

Cette initiative résulte d’un partenariat entre TIKA (l’Agence turque de coopération et de coordination) et l'ISESCO (Organisation islamique internationale pour l’Education, les Sciences et la Culture). Le Centre international de formation et de recherche en énergie solaire (CIFRES) situé à l'Ecole Supérieure Polytechnique de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar, facilite cet atelier. Ces organismes soutiennent la mise en œuvre d'un programme relatif à la promotion du développement des énergies renouvelables pour accroître l'accès à l'énergie pour tous dans les pays africains.

Participeront à cet atelier, des responsables politiques, des ingénieurs en environnement, des techniciens et du personnel des services techniques et de maintenance, des professeurs d'université ou d’instituts de formation dans le domaine de l'énergie renouvelable, des chercheurs et des négociants souhaitant approfondir leurs connaissances sur les aspects techniques et socio-économiques de l'énergie solaire.




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page