30.04.2012 - UNESCO Office in Dakar

Renforcement de l’Enseignement et la formation techniques et professionnels en Afrique de l’Ouest


Le processus de redynamisation de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (ETFP) se poursuit en Afrique de l’Ouest. Cette semaine, une équipe inter-agences des Nations Unies et des experts nationaux examineront la mise en œuvre de cadres de certification aux niveaux régional et national.

« L’objectif est d’harmoniser les qualifications dans les pays et à travers la région » indique Ann Therese Ndong-Jatta, Directrice du Bureau régional de l’UNESCO à Dakar.

L’Equipe inter-agences des Nations Unies, plus connue sous son sigle en anglais (IATT) se réunira à Dakar, Sénégal, du 3 au 4 mai 2012, dans les locaux de la Banque Africaine de Développment. 

Une marginalisation désastreuse

L’Equipe inter-agences a été mise en place en 2010. Elle est composée d’une dizaine d’organisations y compris l’OIT, le PNUD, l’UNESCO et la BAD.

Son objectif principal est de revitaliser l’ETFP qui, pendant longtemps, a souffert d’une marginalisation désastreuse alors que des millions de jeunes quittent l’école primaire et secondaire sans avoir les connaissances et compétences nécessaires pour intégrer le marché du travail.

Source d’instabilité

« De plus en plus, les gouvernements reconnaissent que le manque d’opportunités pour les jeunes constitue une source d’instabilité sociale et politique, sans parler d’énormes problèmes qu’il représente pour les familles » rappelle  Hervé Huot-Marchand, Responsable de l’Enseignement et de la formation techniques et professionnels à l’UNESCO-Dakar

En 2009, les Ministres en charge de l’ETFP dans les pays de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont placé l’ETFP parmi leurs cinq priorités dans le domaine de l’éducation.

Ceci a eu comme résultat, la mise en place de l’IATT pour soutenir, dans ce secteur, les 15 Etats Membres de la CEDEAO notamment en favorisant une vision d’intégration régionale. Ce processus a été baptisé « Processus d’Abuaj » du nom de la Capitale nigériane où s’est tenue la réunion de 2009.

Consultations régulières

L’Equipe IATT se concerte régulièrement avec la CEDEAO. A Abuja, en avril 2011, par exemple, une rencontre a permis de valider la feuille de route pour la mise en œuvre du plan d’action de la CEDEAO sur l’EPT.

« Un volet important de ce plan est la mise en œuvre des cadres de qualification aux niveaux régional et national. Ce volet est également le thème de la réunion de cette semaine » indique Huot-Marchand.

Nécessité de mobiliser de financements

Un document sur les cadres de qualification a été préparé. Il sera discuté, finalisé au cours de la réunion et présenté ultérieurement aux hautes autorités gouvernementaux de la zone CEDEAO» poursuit Huot-Marchand.

Les agences impliquées dans l’IATT soutiennent le processus sur le plan technique et fournissent un appui financier.  Mais cela ne suffira pas. « C’est pourquoi, les participants devront élaborer une stratégie de mobilisation de fonds pour mettre en œuvre les activités telles que l’harmonisation des cadres de qualification» ajoute Huot-Marchand.
 
 





<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page