01.10.2013 - UNESCO Office in Dakar

Un besoin urgent d’un million d’enseignants en Afrique

Les enseignants devraient être fiers de leur profession @UNESCO/Always

La demande d’enseignants en Afrique progresse rapidement à mesure que la population en âge d’aller à l’école continue à augmenter, les inscriptions sont de plus en plus fréquentes et les abandons précoces diminuent.

« Les enseignants sont la solution centrale à la crise de l’apprentissage, et pourtant, la majorité d’entre eux sont peu formés et peu soutenus » d’après le message conjoint délivré par l’UNESCO, le PNUD, l’UNICEF, l’OIT et l’Internationale de l’Education.

Le message, publié à l’occasion de la Journée mondiale des enseignant(e)s célébrée mondialement chaque 5 octobre, est une manière de rendre hommage aux conditions de travail et au rôle clé des enseignants dans l’éducation. Cliquez ici pour prendre connaissance des événements prévus pour commémorer cette journée de par le monde.

La qualité de l’éducation est en jeu

L’Afrique sub-saharienne se devra de recruter plus d’1,1 million d’enseignants du primaire supplémentaires, entre 2009 et 2015, pour permettre à chaque enfant d’avoir accès et d’achever un cycle complet d’enseignement primaire.

Selon une publication de l’Institut de statistique de l’UNESCO, 24 pays africains sont confrontés à une grave pénurie d’enseignants. De surcroit, il est urgent de fournir des possibilités de formation pour des millions d’enseignants qui n’ont reçu qu’une brève et incomplète formation. C’est la qualité de l’éducation qui est en jeu.

« A l’échelle mondiale et afin d’assurer l’éducation primaire pour tous, dans le cadre de l’atteinte des Objectifs du millénaire d’ici 2015, il faudrait recruter dans les plus brefs délais 5,24 millions d’enseignants »

L’avenir de nos enfants

Le Bureau régional de l’UNESCO à Dakar a choisi une approche globale lorsqu’il s’agit de traiter du déficit des enseignants en Afrique.

Ce n’est pas uniquement une question de formation des enseignants, il faut considérer toutes les dimensions liées à la profession d’enseignant (statut, allocation, salaires, développement professionnel, etc.)

Le Bureau est, par exemple, responsable de la mise en place de deux programmes visant à consolider les compétences des enseignants au Burkina Faso, au Niger et au Sénégal.

L’objectif principal est de développer et d’améliorer les capacités institutionnelles concernant la formation des enseignants et leur développement professionnel.

« Les enseignants devraient être fiers de leur profession et ils doivent disposer de ressources nécessaires, de conditions de travail favorables, parce que ne l’oublions pas, ils tiennent entre leurs mains la clé substantielle de l’avenir de nos enfants » a précisé Jean Adotevi, Chef du secteur de l’éducation au Bureau de l’UNESCO à Dakar.




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page