16.05.2013 - UNESCO Office in Dakar

"Nous devons faire comprendre aux jeunes générations qu’elles doivent réfléchir par elles-mêmes”

M. Amadou Mahtar Mbow lors de la Conférence de presse organisée le 14 mai 2013 à l’UNESCO Dakar ©UNESCO/Tine Ismaël

Amilcar Cabral est un symbole mais malheureusement nous n’en avons pas beaucoup de ce type en Afrique, a déclaré Amadou Mahtar M’Bow, ancien Directeur Général de l’UNESCO.

Il s’exprimait à l’occasion du lancement de la campagne internationale de collecte d’objets et de documents concernant Amilcar Cabral, un des leaders révolutionnaires Africains.

Ce lancement a été effectué lors d’une conférence de presse organisée au Bureau régional de l’UNESCO à Dakar, le 14 mai 2013.

Durant cet événement, M. M’Bow a souligné le rôle clé de la campagne de préservation des symboles de l’histoire et de l’héritage de l’Afrique.

Né en 1924, Amilcar Cabral, a été le leader du mouvement ayant lutté pour l’indépendance de la Guinée-Bissau et des iles du Cap-Vert. Il fut assassiné en 1973 quelques mois avant l’indépendance de la Guinée-Bissau.

"Amilcar Cabral a toujours dit que vous devez réfléchir par vous-mêmes, ce qui signifie éliminer les aliénations culturelles et intellectuelles. Mais, nous en Afrique nous continuons de nous appuyer sur des modèles extérieurs et sommes préoccupés par ce que les autres pensent de nous," a aussi souligné M. M’Bow.

"Nous devons faire comprendre aux jeunes générations qu’elles doivent réfléchir par elles-mêmes. Nous avons essayé, avec Cabral et d’autres de ma génération, d’assumer notre responsabilité historique, c’est à présent au tour de la jeune génération d’assumer la sienne” a-t-il ajouté.

Un appel à tous

M M’Bow a lancé un appel à tous qui, au Sénégal, en Guinée-Bissau, au Cap-Vert, au Portugal et ailleurs, auraient des articles de journaux, des photos ou des objets pour qu’ils les montrer afin qu’ils puissent être restorés et gardés pour mémoire.

La maison d’Amilcar Cabral, à Bafata, sa ville natale en Guinea-Bissau a été récemment restaurée dans le cadre de la campagne conduite par l’UNESCO et qui vise à mieux faire connaître à travers le monde Amilcar Cabral, ce «Che Guevara’ Africain.

En janvier 2013, la maison a été inaugurée en tant que Musée par Son Excellence M. Serifo Nhamadjo, Président de la République de Guinée-Bissau. La maison abritera aussi un centre de documentation où seront traités et ensuite gardés les archives déjà découverts mais actuellement en piteux état.

La vie de Cabral

"Faisons de la maison de Batafa un musée et un centre de documentation sur Amilcar Cabral, sur le mouvement d’indépendance en Afrique et aussi sur ce que pourrait être l’avenir de l’Afrique – un continent où règne la paix la fraternité, un continent de progrès et un continent où chacun trouve sa place » a encore souligné M. M’Bow.

L’ancien Directeur Général de l’UNESCO a présenté la vie de Cabral et sa contribution aux mouvements de libération postcoloniale en évoquant aussi le souvenir de ses rencontres avec lui dans les années 1960.

La conférence de presse a été également l’occasion de présenter la Maison de Cabral, les aménagements effectués pour en faire un musée, les plans pour le centre de documentation et d’autres activités de sensibilisation. Une vidéo de Cabral s’exprimant sur ses rêves de liberté et d’indépendance était également projetée.




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page