17.02.2014 - UNESCO Office in Dakar

Les femmes doivent croire en elles et se faire confiance, affirme une pionnière de la radiodiffusion au Sénégal

© UNESCO/Tine Ismael

« Les femmes doivent croire en elles et se faire confiance pour travailler dans des environnements dominés par les hommes », a affirmé Hélène Harley, pionnière de la radiodiffusion au Sénégal. Elle s’exprimait lors de la cérémonie organisée par le Bureau Régional de l’UNESCO à Dakar, à l’occasion de la Journée Mondiale de la Radio, le 13 Février 2014.

Cette année, l’accent était mis sur l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes à travers la radio, et un hommage a été rendu à Hélène Harley pour son travail pionnier en tant que journaliste radio.

Née en 1933, Hélène Harley a débuté sa carrière de speakerine à la fin des années 1960 à l’ORTS (Office de Radiodiffusion Télévision du Sénégal) où elle a présenté les journaux télévisés ainsi que des programmes culturels. Lors de la cérémonie, elle a souligné que l’égalité des genres n’était pas une problématique à l’époque.

« Si j’ai réussi à obtenir un tel poste, c’est parce que je me suis battue pour l’avoir, et je me suis battue pour le garder, dans un environnement dominé par les hommes », a-t-elle souligné auprès de l’audience, composée de proches et d’anciens collègues.

Hélène Harley a encouragé les femmes à être fières de leur travail, d’avoir des standards éthiques élevés et de beaucoup travailler pour réussir leur carrière professionnelle. « Pendant toute ma carrière, j’ai travaillé de telle sorte que je puisse me respecter et que les hommes me respectent et respectent mon travail », a-t-elle ajouté.

Une autre pionnière

Une autre pionnière chez les femmes journalistes au Sénégal est Annette Mbaye d’Erneville, également présente à la cérémonie. Doyenne des journalistes sénégalaises, elle a mis en avant la fierté que doivent retirer les radios à promouvoir la diversité, et le fait que les journalistes doivent toujours parler correctement leur langue maternelle et ne pas mélanger les langues.

« Vous devez trouver le mot juste en Wolof plutôt que de chercher une traduction française », a-t-elle martelé.

Combattre les stéréotypes

Ann Therese Ndong-Jatta, directrice du Bureau Régional de l’UNESCO à Dakar, a insisté sur le rôle de chacun dans la lutte contre les stéréotypes.

« Pour que les médias soient le miroir fidèle de nos sociétés, il est capital que les informations donnent une image du monde rompant avec des représentations essentiellement masculines et stéréotypées », a-t-elle souligné.

La matinée s’est terminée par une présentation du Dr. Jean-Pierre Ilboudo, conseiller régional pour la Communication et l’Information au bureau UNESCO de Dakar, sur l’histoire de l’implantation de la radio en Afrique Noire depuis 1924.




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page