29.05.2013 - UNESCO Office in Dakar

Atelier de formation en statistiques pour 22 pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre

Participants à l'atelier ©UNESCO/Tine Ismaël

Aujourd’hui, il est plus que jamais nécessaire de disposer de données fiables pour guider les gouvernements et leur permettre de prendre les bonnes et sages décisions en faisant les compromis nécessaires” a déclare Ann Therese Ndong-Jatta, Directrice du Bureau régional de l’UNESCO à Dakar.

Elle s'exprimait à l’occasion de l’ouverture de l’atelier de formation en statistiques pour les pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre (28 – 31 mai 2013) à Dakar (Sénégal).

Organisé par l’Institut des Statistiques de l’UNESCO, l’atelier de quatre jours a réuni des statisticiens et planificateurs de l’éducation de 22 pays (voir la liste ci-dessous).

“De nos jours, le rôle crucial des statistiques dans la gestion des secteurs économiques et sociaux est bien reconnue. Qu’il s’agisse de la maîtrise du chômage ou de l’inflation ou encore de l’orientation des politiques de lutte contre la pauvreté, les statistiques sont au cœur des enjeux. Elles sont également indispensables pour suivre le cheminement vers les objectifs et mesurer avec efficacité et pertinence les défis encore à relever » a souligné Ndong-Jatta.

Faibles performances

Mme Ndong-Jatta a mentionné les faibles performances de certains pays y compris ceux de la Région Afrique dans la réalisation des objectifs d’Education Pour Tous (EPT) et de ceux du Millénaire pour le développement (OMD) d’ici 2015.

Le problème, a encore indiqué Ndong-Jatta, est que le système statistique dans les pays d’Afrique subsaharienne est confronté à plusieurs difficultés qui entravent sa contribution au développement économique et social. « Ces difficultés concernent notamment l’insuffisance des capacités humaines et la production insuffisante d’informations statistiques de qualité pour les décideurs ainsi qu’une faible exploitation en termes d’études socio-économiques susceptibles d’orienter les politiques publiques », a-t-elle précisé.

Les cadres nationaux constituent la clé

Le renforcement des capacités des cadres nationaux est assurément la clé du succès. Une des priorités de la stratégie à moyen terme de l’Institut des Statistiques de l’UNESCO (ISU) est justement de former les cadres nationaux en charge des statistiques. L’atelier a pour objectifs de:

  • Renforcer les capacités des participants à la CITE (Classification Internationale Type de l’Education) 2011 ;
  • Mettre à jour les cartographies des systèmes éducatifs nationaux suivant la nouvelle CITE.
  • Partager les récents résultats de l’utilisation du module régional ; Faire le point de la couverture des différents questionnaires de l’ISU et de la qualité des données transmises ;
  • Discuter de la capacité des systèmes nationaux d’information à répondre aux questionnaires de l’ISU, en particulier le questionnaire sur l’enseignement supérieur ;
  • Recueillir des observations sur les amendements en cours sur les questionnaires A et C.

« Je souhaite qu’à l’issue de cet atelier, vous soyez tous et toutes plus que jamais convaincus de l’intérêt qu’il y a pour le secteur de l’éducation d’engager une politique volontariste en faveur de la promotion d’outils de pilotage mieux adaptés aux vastes ambitions de notre continent » a dit la Directrice de l’UNESCO Dakar aux participants.

« J’espère aussi, qu’au retour dans vos pays respectifs vous vous impliquiez plus que jamais dans la résolution des problèmes dans le domaine de la statistique » a-t-elle ajouté.

Les pays participants sont: L’Angola, le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, le Cap Vert, les Comores, le Congo, la Côte d'Ivoire, le Gabon, la Guinée-Bissau, la Guinée, la Guinée Equatoriale, Madagascar, le Mali, le Niger, La République Démocratique du Congo, la République Centrafricaine, Sao Tome et Principe, le Sénégal, le Tchad et le Togo.




<- retour vers Bureau de l'UNESCO en Dakar
Retour en haut de la page