Culture

© Seya Ndiaye, DPC
La préservation de l’héritage culturel est l’une des principales activités du Bureau de l’UNESCO à Dakar. Ici des danseurs traditionnels de la région Bassari du Sénégal.

La préservation de l’héritage culturel est l’une des principales activités du Bureau de l’UNESCO à Dakar. Ici des danseurs traditionnels de la région Bassari du Sénégal.

Les activités du secteur de la culture au Bureau de l’UNESCO à Dakar portent essentiellement sur :

 

La promotion et la préservation du patrimoine culturel

Le Bureau de l’UNESCO à Dakar travaille à améliorer la connaissance du patrimoine culturel dans la sous-région.

Une bande dessinée "Découvrez le patrimoine culturel du Sénégal" a été, par exemple , publiée en 2011 afin de sensibiliser les enfants et les jeunes sur l’importance de la protection et de la préservation du patrimoine culturel.

Une autre bande dessinée raconte l'histoire des Tirailleurs sénégalais dans la Première Guerre mondiale. A ce jour, deux épisodes sont disponibles.

En Guinée-Bissau, le Bureau de l'UNESCO à Dakar travaille en étroite collaboration avec le gouvernement pour transformer en musée, la maison d'Amilcar Cabral, un héro de la libération nationale. La maison a été restaurée tandis qu’une campagne de collecte des objets d’Amilcar Cabral débute en 2012.

Préserver le patrimoine culturel immatériel

La richesse de la tradition orale de l'Afrique occidentale est bien connue. Le Bureau de l'UNESCO à Dakar se penche sur le défi de la préservation des "Trésors humains vivants", ces gardiens de la tradition orale et de la connaissance qui sont en voie de disparition.

Le Bureau recueille des histoires dans ses quatre pays de représentation pour transcription et publication.

Au Cap-Vert, l'UNESCO à Dakar soutient les efforts pour sauvegarder la Morna, le genre le plus populaire de la musique capverdienne. Cela comprend le recueil de poèmes et une étude sur artistes de la Morna.

Promouvoir le dialogue interculturel et interreligieux

Le Programme de l'UNESCO sur le dialogue interreligieux vise à développer la connaissance mutuelle des religions et d'autres traditions spirituelles.

Le Bureau de l’UNESCO à Dakar a organisé en 2009 un séminaire sous-régional sur le dialogue interreligieux et les traditions spirituelles.

En 2011, une étude sur les valeurs culturelles des confréries musulmanes au Sénégal a été lancée pour obtenir une meilleure compréhension de ces confréries influentes.

Faciliter les réflexions sur les droits culturels

En collaboration avec le coordinateur régional des sciences sociales et humaines, le secteur de la culture soutient les réflexions sur les droits culturels en Guinée-Bissau, au Sénégal et en Gambie.

Culture et développement

L'UNESCO à Dakar est responsable de la coordination du projet MDF-F ‘Promotion des initiatives et des industries culturelles au Sénégal’. 

Le projet est financé par l’Espagne et couvre deux régions à l’intérieur du Sénégal : Delta du Saloum et le Pays Bassari.

L'objectif est d’appuyer la mise en œuvre des politiques nationales visant à promouvoir la culture comme moteur du développement humain durable.

L’une des réalisations a été l’inscription de Delta du Saloum et le Pays Bassari sur la Liste du patrimoine mondial de l’Humanité. 

Souvenir de la traite négrière et l’esclavage

La traite négrière a énormément marqué l'Afrique occidentale. La commémoration le 23 août de la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition est organisée annuellement dans les quatre bureaux multi-pays. Au Sénégal, la commémoration a souvent lieu sur l'île de Gorée, au large de la capitale sénégalaise, Dakar, qui pour beaucoup d'esclaves a été l’ultime escale avant la traversée de l’atlantique.

L'UNESCO à Dakar soutient également le Festival de Cacheu en Guinée-Bissau sur la traite négrière et l'esclavage. En 2011, le Bureau a organisé un symposium international pendant le festival.

Retour en haut de la page