Sauvegarder le patrimoine immatériel

©UNESCO, Participants de l’atelier d'inventaire PCI au Cabo Verde

La sauvegarde du PCI bénéficie d’une attention croissante dans les pays africains. Toutefois, la riche diversité du patrimoine vivant reste à identifier et inventorier, tâche qui ne peut être réalisée qu’avec la participation totale des communautés. Ainsi, des programmes ont été lancés dans un premier effort global pour sauvegarder le PCI de l’Afrique de l’Ouest.

L’UNESCO protège et promeut le patrimoine culturel immatériel (PCI) qui comprend les traditions et expressions vivantes héritées de nos ancêtres et transmises à nos descendants. Pour ce faire, l’Organisation dispose de mécanismes mis en place par la Convention pour la Sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003, aujourd’hui ratifiée par tous les pays couverts par le Bureau de l’UNESCO à Dakar grâce à un travail efficace d’information et de plaidoyer.

Portant une attention particulière à l’élaboration des inventaires, le Bureau de l’UNESCO à Dakar organise, avec l’appui d’experts UNESCO, des ateliers de sensibilisation, de formation et de développement des méthodologies d’inventaire impliquant les communautés locales, notamment grâce à l’attribution d’Assistances internationales.

Ainsi, de nombreux pays ont vu des éléments de leur patrimoine culturel immatériel inscrits sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, tels que « La sortie des masques et marionnettes de Markala » au Mali, « Les pratiques et expressions de la parenté à plaisanterie » au Niger, le « Xooy : une cérémonie divinatoire chez les Serer » ou encore « Les musiques traditionnelles » du Sénégal.

Le Bureau appuie également la réalisation d’évaluations de besoins afin de répondre aux besoins en termes de renforcement des capacités institutionnelles et d’élaboration et de mise en œuvre des plans de sauvegarde.

Retour en haut de la page