L'enseignement supérieur

L’UNESCO accompagne les pays Africains dans leurs processus d’amélioration de la qualité et de la pertinence de l’enseignement supérieur ainsi que leurs efforts de mobilisation des ressources financières en faveur de ces processus. Ces pays sont confrontés à de multiples défis parmi lesquels:

  • une augmentation rapide du nombre des étudiants; · la fuite de cerveaux
  • un problème de qualité au niveau des enseignements offerts, · des difficultés au niveau des structures et de la gouvernance du secteur, · des contraintes financières,
  • une demande de plus en plus pressante de voir l’enseignement supérieur contribuer de façon plus conséquente au développement national etc…

Dans ce contexte, plusieurs pays s’engagent dans des réformes de leur système pour tenter de renforcer la gestion, d’améliorer la pertinence des enseignements et renforcer les capacités des Universités à engager des partenariats avec les autorités locales et les entreprises et faire progresser les communautés et la société dans son ensemble.

On note nombre d’activités sur le continent allant dans cette direction et qui sont menées notamment à travers le Conseil interuniversitaire de l’Afrique de l’Est, la coopération en Afrique australe, les initiatives continentales d’assurance qualité, les programmes de l’ADEA et de l’Union Africaine.

Dans les pays francophones d’Afrique, quatre pays (Burkina Faso, Cameroun, Maroc et Sénégal) ont notamment entrepris d’importantes réformes dans leurs cadres de gouvernance. Les recherches de l’IIPE (Institut de planification de l’éducation) sur ces pays ont fait, en novembre 2012, l’objet d’échanges lors d’une conférence de renforcement de la coopération régionale en matière d’assurance qualité en Afrique de l’Ouest et du Centre organisée par l’UNESCO et le Service Allemand d’Echanges Universitaires (DAAD).

Activités de l'UNESCO

En appui aux pays dans leurs efforts, l'UNESCO Dakar organise des conférences qui permettent de mieux connaître les défis en vue de mieux s’y attaquer. Il mène également des activités visant à améliorer les politiques et renforcer les capacités techniques des personnels des Ministères d’enseignement supérieur, d’universités et d’institutions d’enseignement supérieur:

  • la réforme et la revitalisation de l’enseignement supérieur afin de mieux répondre aux problèmes d’accès, de pertinence et de qualité ;
  • le renforcement des capacités de formation et de recherche dans les établissements d’enseignement supérieur en vue du renforcement de la société du savoir ;
  • le suivi de la Convention d’Arusha sur la Reconnaissance des diplômes, l’accréditation et l’assurance-qualité et l’animation du débat sur l’assurance-qualité ainsi que l’appui à la mise en place de ces mécanismes ;
  • la promotion de la coopération inter-universitaire notamment par le développement des centres d’excellence, des chaires Unesco et des pôles d’expertise visant à créer une synergie entre les universités, les établissements d’enseignement supérieur, les centres de formation, de recherche, les fondations ;
  • la promotion de l’utilisation des TIC en tant qu’outil permettant d’élargir l’accès à l’information et la connaissance, et d’ouvrir de nouvelles opportunités pour l’éducation.

Travailler main dans la main avec les partenaires

Les activités sont mises en oeuvre sur le continent à travers les organismes d’enseignement supérieur tels que l’Association des Universités Africaines (AUA), le Conseil Africain et Malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES), l’Association pour le Développement de l’Education (ADEA), le Réseau Africain d’Assurance Qualité (AfriQAN), le Conseil interuniversitaire d’Afrique de l’Est.

Ces organisations sont soutenues par l’Union Africaine, l’UNESCO, les Communautés Economiques Régionales (CER) à savoir l’UEMOA, la CEEAC, la CEDEAO, la SADC, la Banque Africaine de Développement (BAD) et les agences bi et multilatérales de développement.

Retour en haut de la page