Alphabétisation et éducation non-formelle

Classe d’alphabétisation au Lac Rose (Dakar) utilisant le tableau numérique interactif, sankoré © UNESCO / SaIp Sy

Apprendre à lire et à écrire est un droit fondamental. Pourtant, 38% des adultes africains (environ 153 millions) sont analphabètes et les deux tiers d’entre eux sont des femmes.

L'Afrique est le seul continent où plus de la moitié des parents ne sont pas en mesure d'aider leurs enfants à faire leurs devoirs à cause de l'analphabétisme.

A l’exception du Cap Vert, les 6 pays du Sahel couverts par l’UNESCO Dakar sont tous classés parmi les 20 derniers dans le classement annuel de l’Indice de développement Humain (IDH). Leur taux d’analphabétisme dépasse les 50%. L’évaluation de la Décennie des Nations Unies pour l’alphabétisation (DNUA, 2002-2012) et les résultats des objectifs de l’EPT ont montré des avancées significatives depuis Dakar 2000.

La situation est alarmante puisque l'alphabétisation est une étape cruciale pour l’acquisition de compétences de base nécessaires pour faire face aux nombreux défis auxquels enfants, jeunes et adultes seront confrontés tout au long de leur vie. Pour de nombreux jeunes défavorisés et adultes, l'éducation non-formelle est une des principales voies de l'apprentissage.

L'éducation non-formelle s’efforce de toucher les populations en tenant compte de leur propre contexte et de préférence en utilisant leur propre langue locale.

Le Rôle de l'UNESCO

L'UNESCO à Dakar travaille sur plusieurs fronts:

  • Renforcer les capacités des personnes ressources clés (fonctionnaires et experts nationaux). L'objectif est d’intégrer l’éducation non-formelle dans les politiques sectorielles, de suivre et d'évaluer les efforts au niveau national.
  • Plaider en faveur de l’accroissement des ressources allouées à l'éducation non-formelle et l'utilisation des langues nationales. Le Burkina Faso, la Guinée, le Mali, le Niger, le Nigeria et le Sénégal ont, par exemple, augmenté de manière significative leur budget affecté à l'alphabétisation.
  • Créer et adopter des approches novatrices. En se basant sur son expérience, l’UNESCO travaille avec les gouvernements, la société civile, les partenaires de développement et ceux du secteur privé pour explorer de nouvelles voies pour l’alphabétisation notamment via l’utilisation des TIC.

Les projets menés par UNESCO Dakar :

Retour en haut de la page