09.10.2012 - UNESCOPRESS

A l’UNESCO, le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki moon souligne le rôle de l’Organisation en faveur d’un développement fondé sur l’éducation

© UNESCO/L. Rukingamubiri - Irina Bokova a accueilli à l’UNESCO le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, en présence d’Alissandra Cummins, Présidente du Conseil exécutif.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki moon, a effectué aujourd’hui une visite à l’UNESCO où il s’est entretenu avec la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova et s’est exprimé devant le Conseil exécutif de l’Organisation.

Irina Bokova a accueilli le Secrétaire général qui a présenté un manuel de sciences naturelles imprimé par l’UNESCO en 1956 et distribué aux élèves, dont il faisait partie, dans la période de l’après-guerre en Corée. Elle s’est félicitée de la longue coopération entre la République de Corée et l’UNESCO et a salué la décision du Secrétaire général de placer l’éducation en tête de l’ordre du jour international grâce à son initiative L’Éducation avant tout. « Qu’un enfant qui a eu entre les mains un tel livre devienne Secrétaire général des Nations Unies est la preuve de l’importance de notre travail en faveur de l’éducation », a-t-elle déclaré.

Evoquant sa propre expérience en tant que bénéficiaire du soutien des Nations Unies et de l’UNESCO, Ban Ki moon a déclaré : « La Corée était alors un pays complètement dévasté par la guerre et grâce à ce livre, j’ai pu ouvrir les yeux sur le monde […] Pour la population coréenne à cette époque, les Nations Unies représentaient une source d’espoir. C’est aujourd’hui encore une source d’espoir pour de nombreuses personnes. J’espère que ce livre vous inspirera pour propager l’éducation partout dans le monde. Je crois que nous disposons de toutes les ressources pour y parvenir si la volonté politique est là », a-t-il conclu.

Après s’est entretenu avec Irina Bokova et son équipe, Ban Ki moon est intervenu devant le Conseil exécutif de l’UNESCO qui tient actuellement sa 190e session (jusqu’au 18 octobre). Il a été accueilli par la Présidente du Conseil exécutif, Alissandra Cummins, et la Présidente de la Conférence générale, Katalin Bogyay.

Dans son discours d’ouverture, la Directrice générale a rappelé l’engagement de l’Organisation en faveur de la paix et du développement durable. « L’UNESCO occupe une place à part dans le système des Nations Unies en tant qu’agence dont la mission consiste à protéger la dignité humaine en une période agitée sur le plan politique, économique et écologique », a-t-elle déclaré. « Dans un monde incertain, nous devons revenir aux origines de ce qui fonde notre humanité partagée si nous voulons parvenir à la paix et au  développement durable ».

Alissandra Cummins a pour sa part demandé au Secrétaire général de se faire l’écho à New York des messages suivants : « l’UNESCO est vitale pour le développement holistique et durable ; […] l’UNESCO ne devrait jamais être considérée comme une agence de développement -ce n’est pas une agence de développement - mais comme une agence spécialisée qui concourt à la réalisation sur le long terme de sociétés progressives ; l’UNESCO est le garant intellectuel, éthique et moral de l’humanité ; investir dans l’UNESCO revient à investir dans une paix durable pour les générations à venir ; l’UNESCO compte ».

Ban Ki moon a renouvelé son engagement en faveur du droit de l’homme fondamental à l’éducation dans son discours devant les 58 membres du Conseil exécutif. Il a également déclaré : « Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser de côté des générations d’enfants et de jeunes sans compétences et sans connaissances dans le contexte de l’économie de l’information ».

Le Secrétaire général a aussi apporté un soutien appuyé au rôle de l’UNESCO en faveur du développement durable et appelé l’Organisation à réunir des experts de toutes les disciplines et de toutes les régions du monde pour conseiller les Nations Unies. « L’UNESCO doit continuer d’être clairement la voix scientifique du système des Nations Unies, celle qui aide à fonder nos décisions sur les faits et la connaissance, non sur l’idéologie ».

Saluant le large éventail des activités de l’UNESCO en faveur de la préservation du patrimoine et de la liberté d’expression, le Secrétaire général a appelé à la protection de la dignité humaine, préconisant une culture de la paix et du dialogue entre les civilisations. « Pour lutter contre l’extrémisme, la majorité modérée doit s’exprimer, appeler à un dialogue interculturel et montrer ce qu’il y a d’universel en chacun ».




<- retour vers Initiative mondiale pour l’éducation avant tout
Retour en haut de la page