08.11.2013 - UNESCOPRESS

Rafael Correa appelle à vaincre la pauvreté devant la Conférence générale de l’UNESCO

© UNESCO/Fabrice GentileH.E. Mr Rafael Correa, President of the Republic of Ecuador during his visit to UNESCO.

« Vaincre la pauvreté est l’impératif moral le plus important pour la planète étant donné que pour la première fois dans l’histoire de l’humanité la pauvreté ne résulte ni d’une pénurie de ressources ni de facteurs naturels mais de systèmes injustes et qui favorisent l’exclusion », a déclaré le Président de l’Equateur, Rafael Correa, dans son discours prononcé devant la séance plénière de la 37e Conférence générale de l’UNESCO.

« Je crois fermement au pouvoir de transformation de la science et de la technologie. Je place même en elles une grande partie de mes espoirs pour l’avenir de la planète, pour la pérennité de notre mode de vie et la possibilité pour toute l’humanité d’accéder à une qualité de vie satisfaisante », a-t-il déclaré devant les représentants des 195 Etats membres de l’Organisation réunis à Paris jusqu’au 20 novembre.

            « La mission de l’UNESCO est de contribuer à la consolidation de la paix, à l’éradication de la pauvreté, au développement durable et au dialogue interculturel mais cela passe par moins de charité et plus de justice », a-t-il insisté.

            « En luttant contre la privatisation de la connaissance et en la mettant au service de l’humanité entière, on pourrait donner un élan au développement des nations les plus pauvres qui n’ont pas besoin qu’on leur fasse l’aumône mais plutôt de compétences, de la science et de la technologie ».

            « La mise en place d’une compensation pour les biens environnementaux permettrait une redistribution des revenus à l’échelle de la planète qui pourrait mettre fin à la pauvreté et consolider le développement durable ».

Le Président Correa était accompagné au cours de sa visite par Ricardo Patiño, ministre des Affaires étrangères et de la mobilité de l’Equateur ; Guillaume Long, ministre de la connaissance et des ressources humaines; Augusto Espinosa, ministre de l’education et Doris Solis, ministre de l’Inclusion sociale.

A l’issue de son intervention devant la séance plénière de la Conférence générale, le Président Correa s’est entretenu avec la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova. Ils ont évoqué la coopération entre l’UNESCO et l’Equateur où se trouve le bureau multi-pays de l’Organisation qui couvre, en plus de l’Equateur, la Bolivie, la Colombie et le Venezuela.

 




<- retour vers Initiative mondiale pour l’éducation avant tout
Retour en haut de la page