Objectifs

Le Concours scolaire Mondialogo vise à :

- établir des dialogues interculturels efficaces et durables entre des écoles du monde entier

- promouvoir chez les jeunes l’intérêt et le respect de la diversité culturelle

- développer les compétences interculturelles au moyen d’activités transversales

- obtenir des résultats tangibles par un travail d’équipe à distance sur les projets communs des élèves

- améliorer la maîtrise de l’utilisation des technologies de l’information et de la communication ainsi que de différentes langues

- contribuer à enrichir les programmes et à renforcer l’éducation de qualité

 

 

 

Activités

La première édition du concours a été lancée à l’automne 2003 et quelque 1 500 équipes

d’élèves âgés de 14 à 18 ans dans 126 pays se sont inscrites pour y participer. Elles étaient, dans leur grande majorité, issues d’Écoles associées de l’UNESCO. Chaque équipe était jumelée avec une équipe partenaire située sur un autre continent et les élèves établissaient un dialogue interculturel en réalisant ensemble un projet commun. Tous les résultats étaient soumis à l’UNESCO pour être analysés par un Comité mixte de présélection UNESCO-Daimler, qui transmettait ses propositions au Jury international Mondialogo, réuni à Paris pour désigner 50 équipes partenaires (représentant 25 projets communs).

Les membres éminents de ce jury étaient notamment Paulo Coelho, l’écrivain brésilien, Vigdis Finnbogadottir, la première femme élue Présidente en Europe (Islande), Marcel Khalifé, le musicien et compositeur libanais, et la Comtesse Setsuko Klossowska de Rola, la célèbre artiste peintre japonaise et Présidente honoraire de la Fondation Balthus. Chaque équipe sélectionnée était invitée à envoyer un élève et un enseignant pour participer au premier Symposium international Mondialogo, organisé à Barcelone (Espagne) en septembre 2004 et au cours duquel les trois projets sélectionnés ont été proclamés vainqueurs.

Au vu de la variété et de la qualité des projets de dialogue interculturel réalisés, Daimler a décidé de poursuivre avec une deuxième (2005-2006), puis avec une troisième édition (2007-2008) du Concours, qui a désormais touché au total quelque 100 000 élèves dans 144 pays. Les dialogues interculturels établis expriment le concept du « je », « tu » et « nous », qui réaffirment l’identité propre du sujet, permettent aux élèves de découvrir leurs pairs issus d’une culture différente et de réaliser ensemble un projet commun, promouvant ainsi « l’unité dans la diversité ». Les projets couvraient de nombreux thèmes, de la conservation de l’eau à la prévention du VIH/SIDA et de la contribution aux OMD à l’éducation préventive contre les catastrophes naturelles.

 

Retour en haut de la page